À l'origine, ce groupe avait déjà réclamé? une suspension de l'obligation scolaire durant la première vague. " Cet appel avait été entendu par la Ministre Caroline Désir qui ne voulait pas rajouter de l'inquiétude à l'inquiétude ", souligne les signataires.

Or " la situation sanitaire est aujourd'hui hors de contrôle, aussi dans les écoles, les cas se multiplient parmi les élèves et les enseignants, ces derniers jours de nombreuses écoles fondamentales et secondaires sont amenées à fermer des classes ou leur porte. Plus de 23% des enseignants du fondamental sont actuellement absents et les CPMS ont fait aveu de faillite dans le suivi des cas contacts ".

Les signataires inquiets sont conscients que les enfants sont nettement moins sujets à des formes graves de maladie, mais " certains enfants sont actuellement hospitalisés pour Covid19 parfois pour des formes très graves (fin août, monsieur Van Laethem disait qu'ils représentaient 10% des hospitalisations). Les données d'hospitalisation par âge ne sont toujours pas disponibles malgré les demandes répétées de nombreux acteurs scientifiques et de la presse ".

En outre, la littérature scientifique met en évidence que " les enfants de maternelles, de primaires et du secondaire, participent, au même titre que les adultes, à la transmission du virus dans la population ".

Face à ce semble bien être une Seconde vague, " une suspension temporaire des cours nous paraît non seulement inéluctable mais également indispensable à court terme si on veut pouvoir freiner les transmissions dans la population ".

Les pétitionnaires font à la ministre de l'Education Désir une série de propositions et fournissent un document provenant du Service général de l'Enseignement à propos " de la faillite du système de tracing des CPMS ".

Une pétition http://chng.it/VLh9PmhfDZ exigeant la suspension de l'obligation scolaire a été lancée au départ de membres du groupe " Stop école Covid19 " et récolte déjà, selon ses concepteurs, plus de 3.000 signatures.

À l'origine, ce groupe avait déjà réclamé? une suspension de l'obligation scolaire durant la première vague. " Cet appel avait été entendu par la Ministre Caroline Désir qui ne voulait pas rajouter de l'inquiétude à l'inquiétude ", souligne les signataires.Or " la situation sanitaire est aujourd'hui hors de contrôle, aussi dans les écoles, les cas se multiplient parmi les élèves et les enseignants, ces derniers jours de nombreuses écoles fondamentales et secondaires sont amenées à fermer des classes ou leur porte. Plus de 23% des enseignants du fondamental sont actuellement absents et les CPMS ont fait aveu de faillite dans le suivi des cas contacts ".Les signataires inquiets sont conscients que les enfants sont nettement moins sujets à des formes graves de maladie, mais " certains enfants sont actuellement hospitalisés pour Covid19 parfois pour des formes très graves (fin août, monsieur Van Laethem disait qu'ils représentaient 10% des hospitalisations). Les données d'hospitalisation par âge ne sont toujours pas disponibles malgré les demandes répétées de nombreux acteurs scientifiques et de la presse ". En outre, la littérature scientifique met en évidence que " les enfants de maternelles, de primaires et du secondaire, participent, au même titre que les adultes, à la transmission du virus dans la population ".Face à ce semble bien être une Seconde vague, " une suspension temporaire des cours nous paraît non seulement inéluctable mais également indispensable à court terme si on veut pouvoir freiner les transmissions dans la population ".Les pétitionnaires font à la ministre de l'Education Désir une série de propositions et fournissent un document provenant du Service général de l'Enseignement à propos " de la faillite du système de tracing des CPMS ".