Sur les 309 nouvelles contaminations recensées, 145 étaient en Flandre, 48 à Bruxelles et 95 en Wallonie, a précisé Emmanuel André, porte-parole interfédéral du Covid-19. Pour plusieurs personnes infectées, la région d'origine n'est pas encore connue des autorités, qui sont informées au compte-gouttes, d'où la différence entre le nombre total de nouvelles contaminations et les chiffres par région.

Le nombre d'hospitalisations a continué d'augmenter, avec 634 personnes hospitalisées jeudi, soit une hausse de 187 par rapport aux 24 heures précédentes, a signalé Emmanuel André. Parmi ces patients hospitalisés, 130 se trouvent en soins intensifs (+30) et 88 nécessitent une assistance respiratoire. Par ailleurs, 165 personnes ont pu quitter l'hôpital depuis le 13 mars dernier.

Un total de 20.000 tests ont été pratiqués en laboratoire, selon les autorités. Il est important de noter qu'il s'agit d'une estimation, car toutes les personnes présentant des symptômes ne sont pas testées.

Confinement

À la question de savoir si les mesures de confinement seront prolongées au-delà du 5 avril, les autorités ont expliqué que tout dépendra du respect par la population des mesures adoptées. "Elles ont été prises dans le but de limiter la transmission du virus. Ces mesures devront être d'application durant un certain temps avant d'en voir l'impact. Nous suivons la situation au jour le jour. Il est primordial que nous prenions le contrôle sur la propagation du virus. Il serait alors possible, dans un premier temps, d'alléger certaines mesures. Mais on sait que si elles sont levées trop tôt, une deuxième vague de contamination pourrait avoir lieu", selon le porte-parole interfédéral du Covid-19, Steven Van Gucht.

Par ailleurs, les autorités ont appelé à ne pas utiliser des kits de dépistage disponibles en ligne et à ne passer que par les systèmes de diagnostic officiels .

Derniers développements

-Le SPF Finances accordera un report supplémentaire pour le paiement de l'impôt aux entreprises et aux indépendants, "ce qui signifie un tampon financier direct de 4,5 milliards d'euros pour amortir le choc", a annoncé jeudi le ministre fédéral des Finances, Alexander De Croo (Open Vld). Les ménages bénéficieront eux aussi d'un report de paiement de deux mois de l'impôt des personnes physiques, a-t-il ajouté.

-Les 75 employés du numéro d'information 0800/14.689 sur le Covid-19 ont traité près de 9.000 appels mercredi, rapporte jeudi le porte-parole du Centre de crise, Yves Stevens.

-Le bourgmestre de Gand, Mathias De Clercq (Open Vld) a lancé jeudi un appel pour dénoncer toutes les fêtes illégales dans les kots estudiantins. Les réseaux sociaux rendent compte de plusieurs fêtes organisées alors que celles-ci sont interdites.

-Le Conseil national de sécurité a interdit toutes les promotions et les rabais, rapportent plusieurs journaux flamands jeudi, relevant que faire les commissions dans les magasins s'en trouvent dès lors plus onéreuses.

-Aucun détenu des prisons belges n'est actuellement suspecté d'être contaminé au Covid-19, a déclaré jeudi à Belga la porte-parole de l'Administration pénitentiaire, Kathleen Van De Vijver, contrairement aux informations parues dans certains médias. "Quelques détenus sont en effet isolés à la prison de Saint-Gilles par prudence, car ils avaient de la fièvre. Mais ils ne doivent pas passer le test de dépistage du Covid-19 et donc ils ne sont pas en attente des résultats de test", a-t-elle indiqué. Depuis le début de la crise, les tests de dépistage ne sont en effet pas réalisés pour chaque cas suspect. La priorité est donnée aux cas les plus urgents en fonction de la gravité des sympômes développés et de données médicales précises.

-Dans une interview accordée au journal Het Laatste Nieuws, le virologue flamand Marc Van Ranst a déclaré que les vacances d'été à l'étranger pourraient être compromises par le coronavirus. Il estime également qu'il n'est pas prudent de laisser les grands festivals de musique avoir lieu et déplore la suspension des cours à l'école.

-Le gouvernement britannique pourrait imposer un lockdown à Londres dès vendredi pour arrêter la propagation du coronavirus. Le confinement devrait être suivi par le reste du pays. Cette décision interviendrait après une augmentation rapide des infections confirmées au Covid-19 cette semaine, selon des sources citées par le Financial Times.

-A l'entrée dans sa deuxième semaine de confinement, l'Italie envisage un nouveau durcissement des mesures, la région d'Émilie-Romagne (Nord) ayant donné le ton en interdisant les activités de plein air comme la promenade ou le jogging.

-Le prince Albert II, chef de l'Etat à Monaco, est positif au Covid-19, mais peut continuer à travailler depuis ses appartements privés, "son état de santé (n'inspirant) aucune inquiétude", a annoncé jeudi le palais.

-Le négociateur en chef de la Commission chargé de la conduite des négociations avec le Royaume-Uni, le Français Michel Barnier, a été testé positif au Covid-19, indique-t-il sur Twitter jeudi.

-La prolongation du confinement sera "très vraisemblablement nécessaire", a estimé jeudi sur Franceinfo Geneviève Chêne, directrice générale de l'agence sanitaire Santé publique France, précisant qu'il faudrait attendre "entre 2 et 4 semaines" pour observer un changement dans la dynamique de l'épidémie de coronavirus.

-La barre des 10.000 cas de malades du nouveau coronavirus a été dépassée en Allemagne, avec 10.999 personnes infectées et 20 décès au total, a annoncé jeudi l'Institut Robert Koch.

-Les autorités russes ont annoncé jeudi le premier décès dans le pays d'un malade souffrant du Covid-19, une femme âgée, sur 147 cas établis, le Premier ministre affirmant pour sa part qu'il n'y avait aucune raison de "paniquer".

-Le Costa Rica, Cuba et la Jamaïque ont enregistré mercredi leurs premiers décès attribués au nouveau coronavirus, tandis que le Panama, la Bolivie et le Pérou décrétaient un couvre-feu pour parer à ce fléau.

-L'Australie va interdire l'entrée sur son territoire aux étrangers non résidents dans le cadre de la lutte contre la propagation de l'épidémie de Covid-19, a annoncé jeudi son Premier ministre Scott Morrison. Une annonce similaire a été formulée par la Nouvelle-Zélande voisine peu après.

-Les Etats-Unis ont annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi qu'ils suspendaient leurs services ordinaires de délivrance de visas dans "de nombreux pays" en raison de la pandémie de coronavirus.

Sur les 309 nouvelles contaminations recensées, 145 étaient en Flandre, 48 à Bruxelles et 95 en Wallonie, a précisé Emmanuel André, porte-parole interfédéral du Covid-19. Pour plusieurs personnes infectées, la région d'origine n'est pas encore connue des autorités, qui sont informées au compte-gouttes, d'où la différence entre le nombre total de nouvelles contaminations et les chiffres par région.Le nombre d'hospitalisations a continué d'augmenter, avec 634 personnes hospitalisées jeudi, soit une hausse de 187 par rapport aux 24 heures précédentes, a signalé Emmanuel André. Parmi ces patients hospitalisés, 130 se trouvent en soins intensifs (+30) et 88 nécessitent une assistance respiratoire. Par ailleurs, 165 personnes ont pu quitter l'hôpital depuis le 13 mars dernier.Un total de 20.000 tests ont été pratiqués en laboratoire, selon les autorités. Il est important de noter qu'il s'agit d'une estimation, car toutes les personnes présentant des symptômes ne sont pas testées.À la question de savoir si les mesures de confinement seront prolongées au-delà du 5 avril, les autorités ont expliqué que tout dépendra du respect par la population des mesures adoptées. "Elles ont été prises dans le but de limiter la transmission du virus. Ces mesures devront être d'application durant un certain temps avant d'en voir l'impact. Nous suivons la situation au jour le jour. Il est primordial que nous prenions le contrôle sur la propagation du virus. Il serait alors possible, dans un premier temps, d'alléger certaines mesures. Mais on sait que si elles sont levées trop tôt, une deuxième vague de contamination pourrait avoir lieu", selon le porte-parole interfédéral du Covid-19, Steven Van Gucht.Par ailleurs, les autorités ont appelé à ne pas utiliser des kits de dépistage disponibles en ligne et à ne passer que par les systèmes de diagnostic officiels .