"Nous avons à l'échelle du pays 32.000 infirmières - la profession est surtout féminine - dont les 2/3 sont des indépendantes et qui vont chaque jour soigner les gens chez eux. Nous sommes des prestataires qui, parmi tous ceux de la première ligne de soins, 'bougeons' énormément. Imaginez que ces 32.000 prestataires fassent, en moyenne, des tournées de 20 visites à domicile par jour. Cela fait 640.000 contacts avec des patients, sans compter les proches côtoyés par la même occasion", dit-il posant le contexte. Mais "en dépit de cette proximité de tous les jours avec une population parmi laquelle on découvrira de toute évidence de nouveaux cas, nous n'avons à aucun moment été approchés, en tant qu'association professionnelle, par les autorités, ni fédérales ni régionales", pointe Damien Nottebaert, soulignant encore le climat phobique qui s'installe tant parmi les patients que parmi les infirmières.

Le président de la CIFI réclame dès lors une rencontre avec les autorités politiques et sanitaires, tant au plan fédéral que régional bruxellois, wallon et germanophone, pour discuter des procédures à appliquer sur le terrain. "Bien sûr, la situation et les connaissances sur le virus évoluent de jour en jour. Mais je voudrais au moins pouvoir transmettre à la profession des recommandations de bonne pratique. Les infirmières devraient recevoir des consignes spécifiques sur des questions comme: lors de ma tournée, je constate qu'un patient présente tous les signes d'une infection au Covid-19, que dois-je faire? Vis-à-vis de lui, de ses proches? Et de moi-même, si par exemple je suis entrée chez lui en ignorant son état et sans équipement particulier? Suis-je supposée par précaution cesser mes activités durant 14 jours? Ce qui n'est pas évident pour un indépendant", ponctue Damien Nottebaert.

Le SPF Santé annonçait mercredi un total de 23 cas d'infections au coronavirus confirmés sur le territoire belge. Un nouveau bilan est attendu jeudi en fin de matinée.

"Nous avons à l'échelle du pays 32.000 infirmières - la profession est surtout féminine - dont les 2/3 sont des indépendantes et qui vont chaque jour soigner les gens chez eux. Nous sommes des prestataires qui, parmi tous ceux de la première ligne de soins, 'bougeons' énormément. Imaginez que ces 32.000 prestataires fassent, en moyenne, des tournées de 20 visites à domicile par jour. Cela fait 640.000 contacts avec des patients, sans compter les proches côtoyés par la même occasion", dit-il posant le contexte. Mais "en dépit de cette proximité de tous les jours avec une population parmi laquelle on découvrira de toute évidence de nouveaux cas, nous n'avons à aucun moment été approchés, en tant qu'association professionnelle, par les autorités, ni fédérales ni régionales", pointe Damien Nottebaert, soulignant encore le climat phobique qui s'installe tant parmi les patients que parmi les infirmières. Le président de la CIFI réclame dès lors une rencontre avec les autorités politiques et sanitaires, tant au plan fédéral que régional bruxellois, wallon et germanophone, pour discuter des procédures à appliquer sur le terrain. "Bien sûr, la situation et les connaissances sur le virus évoluent de jour en jour. Mais je voudrais au moins pouvoir transmettre à la profession des recommandations de bonne pratique. Les infirmières devraient recevoir des consignes spécifiques sur des questions comme: lors de ma tournée, je constate qu'un patient présente tous les signes d'une infection au Covid-19, que dois-je faire? Vis-à-vis de lui, de ses proches? Et de moi-même, si par exemple je suis entrée chez lui en ignorant son état et sans équipement particulier? Suis-je supposée par précaution cesser mes activités durant 14 jours? Ce qui n'est pas évident pour un indépendant", ponctue Damien Nottebaert. Le SPF Santé annonçait mercredi un total de 23 cas d'infections au coronavirus confirmés sur le territoire belge. Un nouveau bilan est attendu jeudi en fin de matinée.