...

Des chercheurs tchèques viennent d'apporter une réponse après avoir analysé les données de 11.644 jumeaux monozygotes suédois, nés entre 1886 et 1925, ayant répondu à un questionnaire entre 1967 et 1970 et ayant été suivis pendant 43 ans.Ils ont découvert que 29% de ces personnes ont développé à un moment ou à un autre un épisode d'AVC. Ils ont également constaté que les participants qui boivent plus de deux verres par jour augmentent leur risque d'AVC de 34% comparativement à ceux qui boivent vraiment très peu (<0,5 verre/jour).Mais surtout, une consommation élevée d'alcool en milieu de vie, à la cinquantaine ou à la soixantaine, est associée à un AVC plus précoce, cinq ans plus tôt, et représente un plus grand facteur de risque que l'hypertension et le diabète. En revanche, à 75 ans, ces deux facteurs de risque traditionnels bien connus reprennent le dessus devant la consommation élevée d'alcool.Enfin, chez les vrais jumeaux, les scientifiques ont remarqué que celui qui a subi un AVC buvait plus que son frère ou sa soeur qui n'en avait pas eu, preuve que la consommation d'alcool en milieu de vie augmente le risque, indépendamment de la génétique et des habitudes du début de vie.