...

Solidaris a réagi la première au budget proposé hier au comité de l'assurance. Il prend acte toutefois d'un léger recul sur les postes médicaux de garde sur lesquels le gouvernement n'économisera que 4,95 millions au lieu de 10,02 millions.L' " effort " sur les PMG mis à part, " le gouvernement appliquera le plan rejeté par le Conseil général pour concrétiser à la fois les 408 millions d'euros d'économies et les 164 millions d'euros de nouvelles initiatives en 2016 ", constate la mutualité dirigée par Jean-Pascal Labille. " Si c'est là le strict droit du gouvernement fédéral ", Solidaris " s'étonne du fait qu'en dépit de ses discours favorables à la 'concertation', le Gouvernement n'ait en aucune manière tenu compte des objections formulées par les partenaires sociaux et qui ont abouti au rejet du budget 2016 ". En 2016, calcule Solidaris, les moyens consacrés aux soins de santé n'augmenteront que de 0,75 % en termes réels " alors que les besoins réels des citoyens en matière de soins nécessiteraient que le budget augmente de minimum 2 % selon le Bureau fédéral du plan ".Solidaris craint qu'avec des économies qui se montent au total, tenant compte de la faible norme de croissance autorisée, à 3,3 milliards d'euros, soit la moitié des efforts demandés à la sécu, " il ne sera pas possible de financer les besoins de santé des citoyens et d'avancer de manière significative dans les réformes structurelles nécessaires pour garantir à la population l'accès à des soins de qualité ".Quant aux économies annoncées qui permettront de financer de nouvelles initiatives, telle la " sous-utilisation " de 116 millions ? de l'objectif budgétaire, de la surévaluation de 176,3 millions ? du budget des conventions internationales ou encore du rendement à moyen terme du " Patent Cliff " dans le secteur du médicament, Solidaris doute de la pertinence de ces économies.Le patent cliff par exemple, " consiste à anticiper des baisses de prix qui précédemment étaient étalées dans le temps ".