Les MG étant au centre de l'approche locale de la santé, les signataires de ce courrier demandent " à tous les gouvernements concernés d'impliquer les cercles de médecins généralistes et les syndicats médicaux dans les discussions sur la future politique de santé ". Les MG, en effet, " ont une expertise scientifique, professionnelle, syndicale, sociale ou liée au cercle ". Ils sont " le premier point de contact sur le terrain pour réaliser les changements ".

Cercles de MG incontournables

Les cercles de MG sont à la fois incontournables et fiables comme interlocuteurs pour le monde politique. " Ils ont jeté des ponts entre le gouvernement et les MG en ce qui concerne l'organisation du service, la mise en oeuvre de la planification stratégique des soins, la prise en charge des besoins croissants de soins chroniques et l'organisation des soins dans les situations de crise aiguë, comme l'actuelle crise Covid-19. "

Les cercles sont indispensables à plusieurs égards :

1/Concernant la future politique des postes de garde, les cercles sont la clé de voûte. Or, constatent les signataires, " les cercles de généralistes ne sont pas actuellement mentionnés dans l'arrêté royal sur les coopérations fonctionnelles. Nous insistons auprès des mandataires et acteurs des différents échelons de pouvoir - compte tenu de l'arrêté royal de 2002 - pour que restent impliqués les cercles de médecins généralistes en tant que gestionnaires et piliers des coopérations fonctionnelles et des postes de garde ".

Outre l'organisation du service de garde, " les cercles de médecins généralistes et les syndicats médicaux exigent également un plan sérieux sur les soins non planifiables, en ce compris un triage complet et obligatoire via le 1733, qui doit être mis en oeuvre 24 heures sur 24. Le sous-staffing du 1733 est un problème structurel qui est devenu encore plus aigu pendant la crise Covid. "

" Sapez les cercles de MG et tôt ou tard, vous devrez en payer le prix."

Toutefois, les représentants des MG relèvent plusieurs freins à la bonne organisation des Postes de garde qui pourraient aisément être levés pendant cette législature :

-Le manque de soutien médical au niveau du centre d'urgence (projet pilote soumis au SPF pour fournir des généralistes permanents),

-Le manque de simplification des Technologies de l'information (retardé par le regroupement des centrales téléphoniques et le passage d'Astrid à CityGIS)

-Le retard dans le livre de protocoles de numérisation (appel d'offres public pour la deuxième fois en ligne).

DMG obligatoire pour tous les Belges

2/les cercles sont indispensables à l'organisation des soins chroniques.

3/ Les cercles constituent un réseau épidémiologique au niveau local. " La crise Corona a clairement démontré le rôle des cercles de médecins généralistes dans le contrôle de l'épidémie et la réduction de la pression sur la 2ème ligne. " L'ancien Conseil fédéral des cercles de médecins généralistes avait approuvé en 2013 un projet de décision pour un responsable épidémiologique pour 100.000 habitants minimum, auquel était liée une subvention de 0,125 euro par habitant. " Malheureusement, cela n'a jamais été abordé au niveau politique par la suite. "

Les signataires soulignent l'importance d'un DMG qui, à l'issue de cette législature, " devrait être rendu obligatoire pour tout patient de la population belge ".

4/Les cercles de MG jouent un rôle crucial dans les réseaux hospitaliers.

5/Les cercles jouent un rôle crucial dans la qualité de la 1ère ligne. Les signataires rappellent à Vandenbroucke qu'en 2000, l'approche qualité de la politique de santé se composait de trois volets : " mettre à disposition des données et des informations permettant de se positionner par rapport à des indicateurs de qualité prédéterminés et objectifs ; développer et soutenir des structures de promotion de la qualité ; fournir des incitations adéquates, y compris financières, pour encourager et soutenir les efforts de qualité. "

Être impliqués dans la loi qualité

La loi sur la qualité ayant été approuvée lors de la législature précédente l'an dernier, les signataires demandent aux différents niveaux de pouvoir " d'impliquer, en permanence, les milieux des médecins généralistes et les organisations syndicales dans le déploiement [de cette approche qualité] auprès des médecins généralistes. Les cercles de médecins généralistes sont un point de contact local et incontournable pour les gouvernements de ce pays pour une politique de santé forte et tournée vers l'avenir ".

Le courrier conclut par une série de questions oratoires à propos de l'importance des cercles : Qui connaît les besoins sanitaires au niveau local ? Qui peut guider le patient pour qu'il soit aidé au meilleur niveau possible ? Qui améliore la sécurité des médecins généralistes et la coopération avec la police ? Qui mettra en place un système de solidarité et de remplacement en cas d'épidémie, touchant y compris les médecins généralistes?, etc.

" Sapez les cercles et tôt ou tard, vous devrez en payer le prix.... Nous devons absolument éviter cela ! ", concluent les représentants des MG.

Les MG étant au centre de l'approche locale de la santé, les signataires de ce courrier demandent " à tous les gouvernements concernés d'impliquer les cercles de médecins généralistes et les syndicats médicaux dans les discussions sur la future politique de santé ". Les MG, en effet, " ont une expertise scientifique, professionnelle, syndicale, sociale ou liée au cercle ". Ils sont " le premier point de contact sur le terrain pour réaliser les changements ".Les cercles de MG sont à la fois incontournables et fiables comme interlocuteurs pour le monde politique. " Ils ont jeté des ponts entre le gouvernement et les MG en ce qui concerne l'organisation du service, la mise en oeuvre de la planification stratégique des soins, la prise en charge des besoins croissants de soins chroniques et l'organisation des soins dans les situations de crise aiguë, comme l'actuelle crise Covid-19. " Les cercles sont indispensables à plusieurs égards : 1/Concernant la future politique des postes de garde, les cercles sont la clé de voûte. Or, constatent les signataires, " les cercles de généralistes ne sont pas actuellement mentionnés dans l'arrêté royal sur les coopérations fonctionnelles. Nous insistons auprès des mandataires et acteurs des différents échelons de pouvoir - compte tenu de l'arrêté royal de 2002 - pour que restent impliqués les cercles de médecins généralistes en tant que gestionnaires et piliers des coopérations fonctionnelles et des postes de garde ".Outre l'organisation du service de garde, " les cercles de médecins généralistes et les syndicats médicaux exigent également un plan sérieux sur les soins non planifiables, en ce compris un triage complet et obligatoire via le 1733, qui doit être mis en oeuvre 24 heures sur 24. Le sous-staffing du 1733 est un problème structurel qui est devenu encore plus aigu pendant la crise Covid. "Toutefois, les représentants des MG relèvent plusieurs freins à la bonne organisation des Postes de garde qui pourraient aisément être levés pendant cette législature :-Le manque de soutien médical au niveau du centre d'urgence (projet pilote soumis au SPF pour fournir des généralistes permanents),-Le manque de simplification des Technologies de l'information (retardé par le regroupement des centrales téléphoniques et le passage d'Astrid à CityGIS)-Le retard dans le livre de protocoles de numérisation (appel d'offres public pour la deuxième fois en ligne).2/les cercles sont indispensables à l'organisation des soins chroniques.3/ Les cercles constituent un réseau épidémiologique au niveau local. " La crise Corona a clairement démontré le rôle des cercles de médecins généralistes dans le contrôle de l'épidémie et la réduction de la pression sur la 2ème ligne. " L'ancien Conseil fédéral des cercles de médecins généralistes avait approuvé en 2013 un projet de décision pour un responsable épidémiologique pour 100.000 habitants minimum, auquel était liée une subvention de 0,125 euro par habitant. " Malheureusement, cela n'a jamais été abordé au niveau politique par la suite. "Les signataires soulignent l'importance d'un DMG qui, à l'issue de cette législature, " devrait être rendu obligatoire pour tout patient de la population belge ".4/Les cercles de MG jouent un rôle crucial dans les réseaux hospitaliers.5/Les cercles jouent un rôle crucial dans la qualité de la 1ère ligne. Les signataires rappellent à Vandenbroucke qu'en 2000, l'approche qualité de la politique de santé se composait de trois volets : " mettre à disposition des données et des informations permettant de se positionner par rapport à des indicateurs de qualité prédéterminés et objectifs ; développer et soutenir des structures de promotion de la qualité ; fournir des incitations adéquates, y compris financières, pour encourager et soutenir les efforts de qualité. " La loi sur la qualité ayant été approuvée lors de la législature précédente l'an dernier, les signataires demandent aux différents niveaux de pouvoir " d'impliquer, en permanence, les milieux des médecins généralistes et les organisations syndicales dans le déploiement [de cette approche qualité] auprès des médecins généralistes. Les cercles de médecins généralistes sont un point de contact local et incontournable pour les gouvernements de ce pays pour une politique de santé forte et tournée vers l'avenir ".Le courrier conclut par une série de questions oratoires à propos de l'importance des cercles : Qui connaît les besoins sanitaires au niveau local ? Qui peut guider le patient pour qu'il soit aidé au meilleur niveau possible ? Qui améliore la sécurité des médecins généralistes et la coopération avec la police ? Qui mettra en place un système de solidarité et de remplacement en cas d'épidémie, touchant y compris les médecins généralistes?, etc." Sapez les cercles et tôt ou tard, vous devrez en payer le prix.... Nous devons absolument éviter cela ! ", concluent les représentants des MG.