...

Déjà pointé du doigt pour ses effets nocifs sur le développement du foetus masculin pendant la grossesse, soupçonné d'accroître le risque d'allergie, d'atteinte à la force musculaire et au système immunitaire et de provoquer des dérèglements hormonaux, cet additif antibactérien est désormais accusé d'entraîner à long terme des fibroses hépatiques et des cancers chez les souris via des mécanismes moléculaires que l'on retrouve chez les humains. Ce constat est le fruit d'une étude menée à l'Université de Californie sur deux groupes de souris, un nourri avec un régime normal et l'autre avec un régime supplémenté en triclosan. Après six mois, soit l'équivalent de 18 ans de vie pour un homme, les rongeurs ayant été exposés à ce perturbateur endocrinien présentent, avec une incidence accrue (80 vs 25%), un plus grand nombre de tumeurs (4,5 fois plus) et de plus grosse taille (diamètre de la tumeur 3,5 fois plus élevé). Selon Dr Robert Turkey, le triclosan est dommageable pour le foie car il perturbe la fonction du récepteur constitutif androstane (CAR), une protéine qui aide à détoxifier le sang. Pour compenser cette interférence, le foie se met à produire trop de cellules, ce qui provoque une fibrose et, si le processus est répété, il peut conduire à une tumeur.