...

Le cancer de la peau reste le cancer le plus fréquent dans notre pays et son incidence continue de croître d'année en année. Environ 22.200 nouveaux cas de cancer de la peau sont recensés tous les ans en Belgique. Pourtant le cancer de la peau est un cancer visible qui peut être détecté à temps et un cancer guérissable s'il est traité au plus tôt.Alors pourquoi les cancers de la peau s'apparentent toujours à une épidémie non contrôlée tant en Belgique que dans le reste de l'Europe ? C'est ce qu'a voulu savoir Euromelanoma en interrogeant les 1.300 dermatologues de novembre 2014 à mars 2015.Les résultats sont alarmants: quelque 41% des décès qui surviennent en Belgique à la suite de cancers de la peau pourraient être évités si les patients ne remettaient pas à plus tard leur visite chez le médecin après avoir détecté une tache cutanée anormale. Et le chiffre s'élève même à 57% à l'échelle européenne.La campagne de sensibilisation 2015 sera donc spécifiquement axée sur cette tendance néfaste : procrastiner en matière de rendez-vous chez le médecin. Or, les raisons évoquées sont étonnantes: en premier lieu, le patient se dit qu'il attend et qu'il verra bien. Ensuite vient le fait d'être trop occupé ou le fait d'avoir peur du diagnostic.Or, indique le Dr Thomas Maselis, président d'Euromelanoma Belgique, la précocité de la prise en charge est très importante en cas de cancer de la peau. " Un mélanome, la catégorie la plus dangereuse des cancers de la peau, peut métastaser dans un stade très précoce. Il s'agit parfois d'une question de semaines ou de mois ", précise-t-il.Au plus le patient attend, au plus le cancer risque de s'être étendu et de mener à des traitements, essentiellement chirurgicaux, pénibles et mutilants. De l'intervention permettant de retirer une tache de surface limitée, on peut vite passer à l'ablation de toute une joue, indique le Dr Maselis.La campagne de prévention 2015 comporte une semaine de dépistages gratuits, du 4 au 8 mai prochains. Toutes les informations utiles sont disponibles sur euromelanoma.org.Le sujet fera l'objet d'un dossier plus détaillé sur le rôle des dermatologues et des généralistes dans le prochain numéro du Jdm.