...

Un détail du calendrier pour les ministres. Un impondérable de plus pour les acteurs de la santé. Un nouvel élément qui offre à la mouture 2016 du budget des proportions ubuesques.Nombre d'interlocuteurs médicaux, mutualistes et politiques avaient jusqu'ici regretté le manque de considération de la ministre de la Santé publique. Maggie De Block avait choisi, selon eux, d'imprimer une trajectoire financière aux antipodes de celle qui avait été concertée. Un budget d'une rare sévérité laissant peu de marge de manoeuvre aux prestataires. Une austérité à ce point criarde que même le Conseil général de l'Inami n'a pu l'accepter.Toutefois, comme le prévoit la procédure dans ce cas de figure peu fréquent, l'initiative revient au gouvernement. Interpelé sur cette problématique de rejet à la Chambre, le Premier ministre a tenté d'assourdir le grondement de l'opposition parlementaire en prévoyant une analyse en Conseil des ministres ce vendredi.Les membres de l'exécutif fédéral se sont bel et bien réunis aujourd'hui pour délibérer sur toute une série de questions... sauf celle délicate du budget des soins de santé. Il a simplement été décidé de reporter ce point au Conseil des ministres de la semaine prochaine, a confirmé le cabinet de Charles Michel.Les observateurs des tractations politiques autour de la santé se sont alors immédiatement demandé si ce report était lié à l'annonce inattendue de Maggie De Block jeudi. La ministre Open Vld a manifestement brûlé la politesse à son chef de gouvernement en officialisant le budget 2016. En attente de précisions techniques Cette impression de chorale fédérale aux voix dissonantes ne serait pourtant pas la raison du changement de l'ordre du jour du Conseil des ministres. " Le gouvernement attend des précisions et éléments assez techniques. Les agendas du kern et du conseil étaient très chargés et il était préférable de reporter au prochain conseil ", signale Els Cleemput, directrice de la communication de la ministre de la Santé. En tout cas, c'est ce vague prétexte qu'elle a reçu du cabinet Michel.La proche de Maggie De Block tient tout de même à dissiper les doutes sur la proposition budgétaire fédérale, confectionnée dans les règles de l'art. D'ailleurs, ce report d'un Conseil des ministres à l'autre ne devrait en rien interférer avec la trajectoire présentée jeudi. " La seule chose que l'on peut espérer, c'est d'encore trouver un peu d'argent en plus ".Si le gouvernement entretient le flou sur la nature des compléments d'information demandés, cela n'a rien à voir avec un quelconque manque de concertation, insiste-t-on au cabinet De Block, où l'on considère que les dénigreurs se trompent. " La concertation sociale a eu lieu pour la confection. Et maintenant, pour l'exécution pratique des mesures budgétaires, tout va de nouveau se faire en concertation avec les acteurs de terrain. On relance cette concertation par exemple pour les professions paramédicales ", souligne son attachée. " On ne supprime pas la garde " Le cabinet De Block en a profité pour répondre aux accusations de volte-face par rapport à ses engagements, voire de trahison envers les généralistes, suite au point plus précis du budget 2016 concernant le gel des dépenses des postes de garde." Il s'agit d'un gel, pas d'une suppression. Les postes existants continueront évidemment à recevoir leurs subsides Inami, sans le moindre problème. Ce que nous voulons éviter, c'est de devoir financer de nouvelles structures. Une analyse est menée actuellement au niveau des services d'urgence hospitaliers, du numéro central d'appel 1733 et des postes de garde. Nous voulons trouver le meilleur fonctionnement coordonné de ces trois services. Dans ce contexte, cela semble déraisonnable de créer de nouveaux postes de garde sans savoir vers quoi on va ", ponctue Els Cleemput.Au-delà de ce gel temporaire, Maggie De Block vise la réduction des admissions injustifiées aux urgences. Car le seul objectif de sa politique poursuivi au-delà d'importantes économies reste la qualité des soins de santé, assure sa porte-parole.> Suivez-nous sur les réseaux sociaux: @jdmedecin ou Le Jdm