...

La ministre De Block a fait connaître au quotidien De Tijd son intention d'ajouter un chapitre sur les soins de santé mobiles (mHealth) dans le plan d'action e-Santé, sur l'informatisation du secteur.Elle s'attend à une " explosion " des applications mHealth, ces logiciels grâce auxquels il est par exemple possible de mesurer ses paramètres (tension, rythme cardiaque), de les enregistrer et de les intégrer dans un cadre de la télémédecine. Tout cela appelle naturellement l'élaboration d'un cadre juridique relatif, notamment, à la responsabilité et la protection de la vie privée.Maggie De Block n'exclut pas le remboursement de prescriptions d'applications mobiles à condition qu'elles soient " pertinentes " et " scientifiquement fondées ". Car, insiste la ministre, " on peut évidemment tout mesurer et nous n'allons pas rembourser à tout va ".Ces applications, qui permettent par exemple de mesurer la tension artérielle, offrent également au patient la possibilité d'enregistrer des données médicales ou d'être pris en charge dans le cadre de la télémédecine, via internet. La Commission européenne a appelé à leur développement." Je souhaite actualiser la ligne de conduite pour la santé électronique, établie en 2012 pour une période allant jusqu'en 2018. L'opportunité d'y intégrer la 'santé mobile' avait déjà été évoquée il y a trois ans mais il avait été décidé de ne pas y donner suite, son développement n'ayant pas été jugé probant. Je souhaite à présent ajouter un chapitre 'mHealth' ", indique Maggie De Block.Outre la nécessité d'élaborer un cadre juridique, la ministre libérale flamande souligne également que la nomenclature n'est pas adaptée à ces nouvelles évolutions. " Il n'existe par exemple pas de code pour le télémonitoring qui ne peut dès lors pas faire l'objet d'un remboursement. Il va falloir s'y atteler. Des hôpitaux qui suivent leurs patients à distance doivent pouvoir compter sur du personnel capable de traiter les signaux et de réagir en cas d'évolution anormale. Or, ils doivent être payés ", observe la ministre.