...

Rappelons qu'entre février 2020 et le 4 mars 2021, 1.782 cas confirmés de Covid-19 ont été signalés pour 100.000 enfants belges de moins de 10 ans et 6.221 cas confirmés pour 100.000 jeunes de 10 à 19 ans. Pendant la même période, 6.914 cas confirmés de Covid-19 pour 100.000 ont été enregistrés dans la population belge totale. Ces chiffres sont à prendre avec prudence car la stratégie de tests diffère de celle de la population générale (taux réduits de tests d'amplification en chaîne par polymérase (PCR) pour le diagnostic de l'infection aiguë chez les enfants de moins de 10 ans). D'autre part, la mortalité est également très limitée dans la population pédiatrique. Entre le début de l'épidémie et le 4 mars 2021, Sciensano a rapporté huit décès liés au Covid-19 dans la population pédiatrique.Sciensano et la KUL ont suivi, un peu plus tôt - entre le 3 décembre 2020 et le 28 janvier 2021 -, 1.285 élèves et 818 " employés scolaires " (pris au sens plus large que " enseignants ") dans 44 écoles primaires et 40 écoles secondaires. L'échantillon est représentatif des écoles du pays. " Au cours de la période de décembre 2020 à janvier 2021 inclus, 12,4 % des élèves et 14,8 % du personnel scolaire de l'enseignement primaire et du premier degré de l'enseignement secondaire en Belgique avaient développé des anticorps contre le coronavirus. Ces résultats sont comparables à ceux de la population générale ", constatent les chercheurs. " Les différences entre les élèves du primaire et du secondaire et le personnel scolaire sont faibles et non pertinentes d'un point de vue statistique. D'après les résultats d'une enquête faisant partie de l'étude, seulement 2 % des élèves et 10 % des membres du personnel ont eu un test Covid-19 positif avant l'étude. Aucune personne faisant partie de l'échantillon n'a été hospitalisée en raison du Covid-19. "Il y a toutefois des différences régionales :Bruxelles : 24 % chez les élèves, 10,5 % auprès du personnelWallonie : 15,4 % chez les élèves, 17,7 % auprès du personnelFlandres : 8,7 % chez les élèves, 13,2 % auprès du personnelLe pourcentage plus important de personnes ayant développé des anticorps à Bruxelles et en Wallonie s'explique par le fait que la 2e vague a frappé davantage ces deux Régions. En tenant compte du fait que l'échantillon à Bruxelles est trop petit et comporte donc une incertitude statistique.Ces résultats, globalement, sont comparables à ceux des soignants de première ligne et de la population générale. " Notre étude ne démontre pas que les écoles sont des endroits où le virus circule plus ou a plus de chances de se propager qu'ailleurs dans la communauté ", conclut Sciensano.L'enquête se poursuit auprès de ce public scolaire puisque le même groupe d'élèves et d'employés a été testé une deuxième fois en mars. Les résultats paraîtront dans quelques semaines.