La plupart des opérations (1.452) concernent la réparation de blessures par brûlure, la reconstruction de lambeaux musculaires (376), la reconstruction mammaire (286) et l'élimination d'excroissances (285).

Ce type d'interventions pour raisons médicales devrait continuer d'augmenter, selon la députée, qui note que depuis juillet 2016, la reconstruction mammaire avec le tissu propre du patient, à la suite d'un cancer ou de manière préventive, est mieux remboursée par l'Inami. Chaque année, quelque 1.500 femmes bénéficient d'une reconstruction mammaire avec leur propre tissu.