Absym : " Le MG gratuit, c'est du populisme "

  • Mise à jour le

Marc Moens considère les propositions du PS et du sp.a de gratuité totale pour une visite chez le MG comme " populistes ". " Le seuil atteint pour se rendre chez un médecin généraliste est déjà particulièrement bas à l'heure actuelle. Les bénéficiaires de l'intervention majorée ne paient qu'1 euro de ticket modérateur. "

© Photopqr/l'alsace/maxppp

Marc Moens, le président de l'Absym, réagit au congrès électoral du sp.a qui a eu lieu samedi dernier intitulé " Go Left ". On y a répété la proposition du PS (déjà implémenté par Solidaris pour ses membres) de garantir la gratuite des consultations chez le MG " pour tout le monde ".

" Pour le justifier, ils s'appuient à tort et à travers sur une étude européenne datant de 2014 [1] qui démontrerait que 900 000 Belges (soit 1 Belge sur 12 à 13) reportent annuellement une visite chez le médecin généraliste et ce, pour des raisons financières. "

Une étude objective

Marc Moens remet en question ce chiffre élevé [2] et demande une étude objective en la matière. " L'Absym tient à souligner que le montant du seuil pour une visite chez le médecin généraliste est déjà purement symbolique pour les patients les plus démunis. Si ces patients disposent d'un dossier médical global (DMG) chez leur généraliste, ils ne paient actuellement qu'1 euro de ticket modérateur. S'ils n'ont pas de DMG, le montant de la consultation est d'1,5 euro. Mais le sp.a et le PS font comme s'ils n'étaient pas au courant de cette mesure sociale. "

L'Absym fait observer que les socialistes flamands ne mentionnent nulle part ce seuil de 1 à 1,5 euros mais préfèrent parler de 6 euros, soit le montant maximum de ticket modérateur que déboursent les bénéficiaires ordinaires sans DMG. Avec DMG, le TM est déjà réduit à 4 euros, précise le Dr Moens.

Les difficultés financières des patients sont, selon lui, plus liées au coût des médicaments ou à la crainte d'examens complémentaires que le médecin pourrait prescrire.

Injection budgétaire

Le premier syndicat de médecins ne voit " aucune raison de supprimer le ticket modérateur chez le médecin généraliste ". Pour faire face aux causes des ajournements de consultations, il convient de " procéder à une injection budgétaire substantielle dans les soins de santé ".

Et de s'étonner que ce point ne figure nulle part dans les memoranda politiques de ces partis politiques...

Références fournies par l'Absym

[1] L'étude QUALICOPC: Quality and costs of primary care in Europe, avec pour chercheurs responsables belges, les Prof. Sara Willems et Jan De Maeseneer, UGent.

[2] Les chiffres varient déjà en fonction du public de lecteurs auquel les mêmes Prof. Sara Willems et Jan De Maeseneer s'adressent: 8,6% dans la presse (ex. Knack du 07/08/14) et 6,1% dans une étude (https://steunpuntwvg.be/images/rapporten-en-werknotas/vlaamse-prioritaire-thema2019s-met-betrekking-tot-eerstelijnsgezondheidszorg-focus-op-de-vlaamse-huisartsgeneeskunde).

En savoir plus à ce sujet:

Plus