...

Lou Richelle, assistante de recherche auprès du Département de médecine générale à l'ULB : "Nous avons commencé à organiser ce MED-G Day parce que nous nous rendions compte qu'il y avait des méconnaissances au niveau de la pratique de la médecine générale. Les étudiants allaient en stage chez un médecin généraliste, ne gardant qu'une ou deux visions de la médecine générale, alors qu'elle est très variée et multifacette. Nous voulions montrer qu'il y a plein de façon de pratiquer la médecine générale. Ces différentes disciplines sont intégrées dans les cours, mais de manière théorique et cela manque parfois de pratique et de témoignages." "Il y a une vision aussi du médecin très dévoué à sa patientèle, qui travaille jour et nuit, alors qu'en réalité il y a moyen d'adapter son travail à une vie de famille et à une vie variée et comblée par d'autres activités."Au programme de cette journée Quel médecin généraliste serai-je ? Plusieurs stands accueillent les étudiants pour les informer et discuter. Parmi les associations présentes: l'ONE, les planning familiaux, Santé Ardennes, des cercles de médecines générales et Médecins du monde. Par la suite, le master complémentaire en médecine générale à l'ULB est présenté. Une belle occasion pour évoquer les nombreuses possibilités de pratique parfois méconnues qu'offre cette discipline notamment au niveau de la clinique ainsi qu'en matière de recherche. Plusieurs intervenants prennent aussi la parole pour témoigner de leur expérience de pratique quotidienne : un médecin de Courcelles pratiquant en solo, un autre provenant de Binche qui travaille en association, une intervenante qui vient d'une maison médicale de Bruxelles et enfin une jeune médecin de Bouillon. "Tous ont des pratiques d'engagement social ou autres à côté.L'un travaille en ONE,un autre dans une maison de repos et l'un d'entre eux est chanteur. Donc cela prouve que ce métier permet de réaliser d'autres activités à côté."L'accent sur la pénurie en devenir de médecins généralistes"L'accent est mis également sur la pénurie en devenir de la médecine générale car nous voulons montrer que la pratique est malgré tout attractive. Nous avons d'ailleurs fait venir des jeunes pour montrer l'enthousiasme qu'ils ont dans leur pratique. Et puis nous faisons venir des gens de la région du Luxembourg et des Ardennes, pour montrer cette pratique qui est en pénurie." Des sujets abordés selon les demandes"On se base sur la demande des délégués des étudiants. Par exemple, une année il nous a été demandé de parler de la médecine scolaire. Et cette année, beaucoup d'étudiants souhaitant faire un certificat en médecine tropicale par la suite, voulaient en savoir plus sur les débouchées. Donc nous avons trouvé une intervenante qui avait fait ce certificat pour témoigner sur les débouchées en Belgique. Nous essayons de voir les besoins et les attentes par rapport à cette journée. À chaque fois, un débriefing est organisé avec les délégués de l'année et un rebriefing suit pour réajuster. Nous avons des retours des associations aussi, tels que de Santé Ardennes qui nous a commenté qu'ils avaient plus d'assistants de l'ULB depuis qu'ils assistaient à cette journée.