...

" Notre manifestation en ligne pour donner la parole aux médecins dans le cadre du Covid-19 s'est achevée aujourd'hui par une action tonitruante devant le cabinet du ministre Frank Vandenbroucke ", explique avec fierté le président de l'Absym, le Dr Luc Herry. " Une campagne éclair de quelques jours a suffi pour rassembler quelques 4.979 participants qui nous ont envoyé une sélection de selfies et de messages personnels rendus publics grâce à un grand écran LED et de grands haut-parleurs et la présence de la presse. "La campagne #SansVoix a été lancée pour redonner précisément la voix aux MG et aux médecins spécialistes, alors que " dès le début de la pandémie, des décisions ont été prises concernant les tests, le traçage et l'organisation de la campagne de vaccination en général sans aucune consultation " desdits medécins. " La goutte d'eau qui a fait déborder le vase a été la décision du Gouvernement de faire appel aux pharmaciens pour la vaccination contre le Covid-19, alors que cela n'est pas autorisé pour les médecins généralistes sauf si le patient consulte son médecin pour une autre raison. "Les médecins n'ayant ni l'habitude ni la possibilité en temps de pandémie de descendre dans la rue, le principal syndicat de médecins belge a préféré ce type de caisse de résonnance. Pour ce faire, il suffisait d'écrire #SansVoix sur un masque buccal, de prendre une photo en selfie et de poster ses griefs contre Frank Vandenbroucke à l'aide d'un formulaire idoine.On peut parler de succès alors qu'au moment de l'action de l'Absym devant le cabinet de Frank Vandenbroucke, l'opération en est à 4.979 participants.Les Drs Luc Herry et Sophie Geurts (photo) expriment " toute leur reconnaissance envers les 5.000 médecins qui se sont exprimés et saisira l'occasion pour interpeller à nouveau le ministre Vandenbroucke et le Premier ministre De Croo. Notre lette ouverte demandant le retrait de l'avant-projet de loi autorisant les pharmaciens à vacciner contre le Covid-19 transmise en décembre est restée sans réponse. Il apparaît clairement que la décision de permettre aux pharmaciens de vacciner est un pas de trop pour de nombreux médecins. "