"La décision sera publiée aujourd'hui au Journal officiel de l'UE, et entrera en vigueur demain", a précisé Miriam Garcia Ferrer, porte-parole de la Commission pour les questions de commerce.

Le mécanisme avait été mis sur pied à la hâte fin janvier, alors que les tensions étaient vives entre la Commission et la firme pharmaceutique AstraZeneca, accusée de fournir le Royaume-Uni en vaccins anti-Covid depuis l'UE, tout en délaissant son client européen. Le but était, selon la Commission, d'avoir une vue d'ensemble de la production sur sol européen et de ses destinations, et de pouvoir intervenir dans le cas où un producteur de vaccins sous contrat avec l'UE exporte largement sans honorer ses engagements locaux.

Le 24 mars, l'UE avait ajusté et étendu son mécanisme de "transparence et d'autorisation" des exportations de vaccins anti-Covid et substances actives de vaccins. De nombreux pays qui étaient précédemment exemptés de ce contrôle (Suisse, Israël, etc.) y ont été intégrés, et des critères additionnels étaient ajoutés pour évaluer chaque demande d'exportation. Ce sont toujours les autorités nationales qui examinent chaque demande, et notifient leur feu vert (ou rouge) à la Commission. Cette dernière approuve (ou non).

Le serrage de vis du 24 mars est désormais prolongé jusqu'à fin juin. Il y a malgré tout un petit changement: Norvège, Islande et Liechtenstein (qui avaient été inclus le 24 mars) ne seront plus soumis au mécanisme.

Ces derniers mois, il n'y a eu aucun nouveau refus d'exportation, a indiqué Miriam Garcia Ferrer. Le seul reste celui de l'Italie envers AstraZeneca qui souhaitait faire partir 250.000 doses de vaccins vers l'Australie, début mars.

De fin janvier jusqu'au 3 mai, sous le mécanisme d'autorisation d'exportations, 854 demandes ont été approuvées, pour 178 millions de doses parties vers 45 pays, avec en tête de liste le Japon (72 millions), le Royaume-Uni (18,5) et le Canada (18,4), a précisé la porte-parole.

Avec Belga

Illustration : Conference de presse du Vice-president exécutif Dombrovskis et de la commissaire Kyriakides sur le mécanisme de transparence des exportations de vaccins.

"La décision sera publiée aujourd'hui au Journal officiel de l'UE, et entrera en vigueur demain", a précisé Miriam Garcia Ferrer, porte-parole de la Commission pour les questions de commerce. Le mécanisme avait été mis sur pied à la hâte fin janvier, alors que les tensions étaient vives entre la Commission et la firme pharmaceutique AstraZeneca, accusée de fournir le Royaume-Uni en vaccins anti-Covid depuis l'UE, tout en délaissant son client européen. Le but était, selon la Commission, d'avoir une vue d'ensemble de la production sur sol européen et de ses destinations, et de pouvoir intervenir dans le cas où un producteur de vaccins sous contrat avec l'UE exporte largement sans honorer ses engagements locaux. Le 24 mars, l'UE avait ajusté et étendu son mécanisme de "transparence et d'autorisation" des exportations de vaccins anti-Covid et substances actives de vaccins. De nombreux pays qui étaient précédemment exemptés de ce contrôle (Suisse, Israël, etc.) y ont été intégrés, et des critères additionnels étaient ajoutés pour évaluer chaque demande d'exportation. Ce sont toujours les autorités nationales qui examinent chaque demande, et notifient leur feu vert (ou rouge) à la Commission. Cette dernière approuve (ou non). Le serrage de vis du 24 mars est désormais prolongé jusqu'à fin juin. Il y a malgré tout un petit changement: Norvège, Islande et Liechtenstein (qui avaient été inclus le 24 mars) ne seront plus soumis au mécanisme. Ces derniers mois, il n'y a eu aucun nouveau refus d'exportation, a indiqué Miriam Garcia Ferrer. Le seul reste celui de l'Italie envers AstraZeneca qui souhaitait faire partir 250.000 doses de vaccins vers l'Australie, début mars. De fin janvier jusqu'au 3 mai, sous le mécanisme d'autorisation d'exportations, 854 demandes ont été approuvées, pour 178 millions de doses parties vers 45 pays, avec en tête de liste le Japon (72 millions), le Royaume-Uni (18,5) et le Canada (18,4), a précisé la porte-parole.Avec Belga