...

Comme on le sait, le projet s'étale sur trois phases. Dans sa phase 1, un robot de Proximus (ex-Belgacom) envoie les appels d'urgence arrivant au 1733 vers la centrale de la garde MG locale. Le hic est que le robot s'appuie sur le code postal et que celui-ci concerne plusieurs gardes MG différentes.La phase 2 consiste à diriger les appels 1733 vers les centres 112. Les téléphonistes de ces centres doivent apprendre à travailler avec des protocoles de questionnement - pour le 1733 il s'agit des protocoles de MG.La phase 2 est active dans pas mal de régions wallonnes : la totalité de la province de Luxembourg et une bonne partie du Hainaut. A Namur, un seul cercle s'est lancé dans la phase 2 et un des cercles de Liège va sauter le pas prochainement. En Flandre, seul le cercle de Bruges, impliqué de longue date, a basculé en phase 2.Concernant la phase définitive 3 - le triage des appels par la centrale 112 - il faudra mettre en place un cadre réglementaire. Il faut assurer la sécurité du système même si les patients appellent pris de panique.