...

Entre 2009 et 2010, rapporte une " lettre " publiée dans le BMJ (article payant), des milliers d'hommes britanniques semblent avoir été traités dans les hôpitaux britanniques pour des examens liés à la grossesse. Ils sont même 17.000 dans le cas.Bien sûr, la Grande-Bretagne n'est pas confrontée à une " épidémie " de grossesses masculines nerveuses ou pas, mais bien à des erreurs d'encodage au niveau des numéros de nomenclature. En réalité, tous ces hommes ont eu recours à des services dont le code de nomenclature est proche de services obstétriques. Un phénomène qui met l'accent sur le manque de fiabilité des statistiques britanniques en matière de santé. Mais qui concerne tous les pays industrialisés.