...

Les "années de vie perdues" sont un indicateur, multipliant le nombre de décès liés à une cause spécifique par l'espérance de vie, qui permet de déterminer dans quelle mesure les décès ont été prématurés. Dans l'article du BFP publié sur son site internet, sur base de ses données statistiques, le calcul du nombre d'années de vie perdues ne se fait pas uniquement sur la base du nombre de décès dus au Covid-19, mais sur la base de la surmortalité globale estimée en 2020. Parmi les 124.000 années de vie perdues en 2020, 32 % sont attribuables aux personnes de 85 ans et plus, alors que ces dernières représentent 57 % des décès excédentaires. La part des 65-74 ans parmi les décès excédentaires n'est que de 14 % mais la part de ce groupe d'âge dans le nombre total d'années de vie perdues est de 31 %, ce qui s'explique par l'espérance de vie plus élevée à ces âges-là. Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.