Plus de 113 millions de masques chirurgicaux et plus de 49 millions de masques FFP2/FFP3 ont été commandés par la taskforce. Plus de 19 millions de masques chirurgicaux et plus de 4,7 millions de masques FFP2/FFP3 ont été livrés. Enfin, plus de 12 millions de masques chirurgicaux et plus de 850.000 masques FFP2/FFP3 ont été répartis selon la clé de répartition établie par le Risk Management Group.

En ce qui concerne les blouses de protection et les gants, la taskforce a commandé plus de 12 millions de blouses et 53 millions de gants. Le week-end dernier, près de 200.000 blouses de protection, 1,5 million de paires de gants et 5.000 lunettes ont été distribués.

Par ailleurs, un stock suffisant d'hydroxychloroquine et de chloroquine (le médicament anti-malaria utilisé pour les patients Covid-19 dans les hôpitaux) a été réparti vers tous les hôpitaux pour traiter plus de 30.000 patients, affirme le cabinet De Backer. Une quantité supplémentaire est disponible comme stock stratégique.

La semaine dernière, tous les hôpitaux ont aussi reçu des lots du stock stratégique de Curare (médicament administré pour relâcher les muscles pour les patients intubés). Cette semaine, plus de 50.000 lots supplémentaires seront encore répartis, ajoute le cabinet.

"Les médicaments essentiels pour le traitement du Covid-19 disponibles de façon limitée sont diffusés sous contrôle de l'AFMPS (Agence Fédérale des médicaments et des Produits de Santé), sur base d'une clé de répartition qui tient compte du nombre de lits en soins intensifs de l'hôpital. Cela permet de garantir une répartition optimale des médicaments disponibles", ajoute le cabinet De Backer. "La semaine dernière, cette distribution contrôlée a été élargie à 20 différentes sortes de médicaments. Une partie est toujours gardée en stock pour pouvoir satisfaire aux besoins des pharmaciens d'officine, pour l'approvisionnement des maisons de repos et de soins et les sections des soins palliatifs.

Les régions et les différents hôpitaux ont également leur cheminement habituel d'achat et ces chiffres ne sont pas repris dans cette communication, précise encore le cabinet De Backer.

Bientôt plusieurs lignes de production belges de masques chirurgicaux et FFP2

Deux entreprises flamandes vont lancer ensemble, à court terme, une ligne de production de masques chirurgicaux et de masques FFP2, essentiels dans le secteur des soins de santé dans le cadre de la gestion de l'actuelle pandémie de Covid-19. L'annonce est faite mardi par le ministre Philippe De Backer, en charge de la taskforce censée gérer l'approvisionnement en matériel de protection. Un premier projet wallon en la matière existe déjà depuis plusieurs semaines, qui lui aussi devrait bientôt se concrétiser.

Si la production ira en premier lieu aux professionnels des soins de santé, suivant les priorités de répartition établies par le Risk Management Group, elle pourra dans un second temps servir à la population dans son ensemble, dans le cadre d'un déconfinement progressif, entend-on du côté du cabinet De Backer. Il est en effet attendu que l'on conseille à tout un chacun de porter un masque lors des sorties, dans le cadre d'une future "stratégie de sortie" des actuelles mesures de confinement. "

La première entreprise dont il est question dans l'initiative fédérale est Van Heurck, producteur de vêtements de protection, dont le siège social et le département R&D se trouvent à Anvers mais les unités de production en Tunisie. La seconde est ECA, basée à Assenede en Flandre orientale. Cette entreprise développe et produit des revêtements pour les habitacles de voitures (revêtements en cuir pour sièges, tapis de sol, etc).

Les deux sociétés vont se lancer rapidement dans la production de masques chirurgicaux. D'ici à quelques semaines, elles devraient avoir, en Belgique, quatre machines pour la production de masques chirurgicaux, et une autre permettant de fabriquer des masques FFP2. Un accord a déjà été passé avec les autorités fédérales pour leur réserver une grande part de la production, répond le cabinet du ministre De Backer, interrogé mardi. La capacité totale des cinq machines est de 190 millions de masques chirurgicaux (45 par machine et par an) et 10 millions de masques FFP2 par an.

"Cela nous permet de prévoir, le cas échéant, des masques chirurgicaux de haute qualité pour l'entièreté de la population belge", affirme le ministre De Backer, cité dans un communiqué. "Nous sommes déjà en concertation avec Bpost pour la distribution".

Côté wallon, le gouvernement d'Elio Di Rupo avait déjà annoncé fin mars le lancement prochain d'une production de masques sur sol belge, wallon cette fois. A la suite d'un appel d'offres, la société Deltrian International S.A., basée à Fleurus, a été choisie pour lancer cette fabrication wallonne, qui consistera en deux lignes de production. La production devrait débuter fin mai ou début juin. "Dans un premier temps, Deltrian produira des masques chirurgicaux. Mais si cela fonctionne, et avec des ajustements, il est prévu d'élargir aux FFP2", indique mardi la porte-parole de la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale. Deltrian, qui est spécialiste des filtres à air, est en train de s'équiper. La Région wallonne s'est déjà accordée avec la société sur une commande garantie de plusieurs millions de masques.

Plus de 113 millions de masques chirurgicaux et plus de 49 millions de masques FFP2/FFP3 ont été commandés par la taskforce. Plus de 19 millions de masques chirurgicaux et plus de 4,7 millions de masques FFP2/FFP3 ont été livrés. Enfin, plus de 12 millions de masques chirurgicaux et plus de 850.000 masques FFP2/FFP3 ont été répartis selon la clé de répartition établie par le Risk Management Group. En ce qui concerne les blouses de protection et les gants, la taskforce a commandé plus de 12 millions de blouses et 53 millions de gants. Le week-end dernier, près de 200.000 blouses de protection, 1,5 million de paires de gants et 5.000 lunettes ont été distribués. Par ailleurs, un stock suffisant d'hydroxychloroquine et de chloroquine (le médicament anti-malaria utilisé pour les patients Covid-19 dans les hôpitaux) a été réparti vers tous les hôpitaux pour traiter plus de 30.000 patients, affirme le cabinet De Backer. Une quantité supplémentaire est disponible comme stock stratégique. La semaine dernière, tous les hôpitaux ont aussi reçu des lots du stock stratégique de Curare (médicament administré pour relâcher les muscles pour les patients intubés). Cette semaine, plus de 50.000 lots supplémentaires seront encore répartis, ajoute le cabinet. "Les médicaments essentiels pour le traitement du Covid-19 disponibles de façon limitée sont diffusés sous contrôle de l'AFMPS (Agence Fédérale des médicaments et des Produits de Santé), sur base d'une clé de répartition qui tient compte du nombre de lits en soins intensifs de l'hôpital. Cela permet de garantir une répartition optimale des médicaments disponibles", ajoute le cabinet De Backer. "La semaine dernière, cette distribution contrôlée a été élargie à 20 différentes sortes de médicaments. Une partie est toujours gardée en stock pour pouvoir satisfaire aux besoins des pharmaciens d'officine, pour l'approvisionnement des maisons de repos et de soins et les sections des soins palliatifs. Les régions et les différents hôpitaux ont également leur cheminement habituel d'achat et ces chiffres ne sont pas repris dans cette communication, précise encore le cabinet De Backer.