Le tabagisme affecte négativement la survie à long terme après un cancer du sein

Le tabagisme affecte négativement la survie à long terme après un cancer du sein

Par rapport aux non-fumeuses, le tabagisme au moment du diagnostic de cancer du sein est associé à un risque accru de 69% de mortalité toutes causes confondues. Ce risque de mortalité s'élève à 130% chez les femmes qui ont continué à fumer après le diagnostic par rapport aux non-fumeuses.

Carfilzomib vs bortezomib dans le myélome multiple récidivant ou réfractaire

Carfilzomib vs bortezomib dans le myélome multiple récidivant ou réfractaire

Une analyse intérimaire pré-spécifiée de l'essai de phase III ENDEAVOR montre un bénéfice significatif sur la survie global pour le carfilzomib par rapport au bortezomib chez les patients atteints d'un myélome multiple récidivant ou réfractaire. Les avantages du carfilzomib étaient constants dans tous les sous-groupes de patients.

Consommation de graisse et risque de cancer du poumon

Consommation de graisse et risque de cancer du poumon

Une forte consommation de graisse en général et de graisse non saturée en particulier est associée à un risque accru de cancer du poumon. Une forte consommation de graisse saturée est également associée à un risque accru chez les fumeurs.

Maladie parodontale et risque de cancer

Maladie parodontale et risque de cancer

Une étude semble prouver que les femmes ménopausées souffrant de maladie parodontale sont plus susceptibles de développer les cancers les plus communs que les femmes ménopausées sans cette pathologie. Comparées aux femmes sans problèmes de santé orale, celles souffrant de maladie parodontale auraient 14% plus de chance de développer un cancer.

Osimertinib : la révolution en marche

Osimertinib : la révolution en marche

Agnès Thomas - L'étude FLAURA révolutionne le monde des patients touchés dans le cancer pulmonaire non-à-petites-cellules (NSCLC) EGFR + et propose des perspectives encourageantes.

Nivolumab vs chimiothérapie dans le NSCLC avancé avec plus que 5% de PD-L1

Nivolumab vs chimiothérapie dans le NSCLC avancé avec plus que 5% de PD-L1

Aucune différence dans la survie sans progression n'a été observée pour le nivolumab vs la chimiothérapie dans le traitement de première intention des patients atteints de NSCLC récurrent ou de stade IV. De même, aucune différence dans la survie globale n'a été notée, bien que plus de la moitié des patients traités par chimiothérapie ont reçu du nivolumab après la progression de la maladie.

HCC. Ajouter le sorafenib à TACE ?

HCC. Ajouter le sorafenib à TACE ?

L'addition de sorafenib à la chimioembolisation transartérielle n'améliore pas la survie sans progression chez les patients atteints d'un carcinome hépatocellulaire non résécable. Aucun résultat significatif n'a été non plus observé sur la survie globale.

Imatinib dans les GIST. Résultats à long terme.

Imatinib dans les GIST. Résultats à long terme.

Une publication très attendue rapporte les résultats à long terme d'un essai randomisé comparant une dose standard (400 mg / j) à une dose plus élevée (800 mg / j) d'imatinib chez des patients présentant des tumeurs stromales GI métastatiques ou localement avancées (GIST).

Osimertinib améliore la PFS dans le NSCLC EGFR T790M positif

Osimertinib améliore la PFS dans le NSCLC EGFR T790M positif

Osimertinib prolonge significativement la survie sans progression par rapport à l'association platine/pemetrexed chez les patients atteints d'un NSCLC EGFR T790M-positif progressant au cours d'une première thérapie par un inhibiteur de la tyrosine kinase de l'EGFR. Osimertinib occasionne en outre moins d'événements indésirables sévères.