Nivolumab Plus Ipilimumab vs Sunitinib dans le RCC avancé

Nivolumab Plus Ipilimumab vs Sunitinib dans le RCC avancé

L'essai de phase III CheckMate 214 a montré un avantage quant à la survie globale avec l'association nivolumab plus ipilimumab vs sunitinib chez les patients atteints d'un carcinome à cellules rénales avancé (RCC) non préalablement traité.

Radioembolisation vs Sorafénib dans le carcinome hépatocellulaire

Radioembolisation vs Sorafénib dans le carcinome hépatocellulaire

Dans un essai de phase III, aucune différence quant à la survie globale n'a été notée avec l'utilisation de la radiothérapie interne sélective, ou radioembolisation, vs le sorafénib chez les patients présentant un HCC avancé non résécable localement. La radioembolisation était associée à moins d'événements indésirables sévères.

CheckMate 227, nouvelles données

CheckMate 227, nouvelles données

Dr Jean-Claude Lemaire - L'étude randomisée de phase 3 CheckMate 227 évalue l'impact d'un traitement de première ligne par immunothérapie (nivolumab seul ou nivolumab + ipilimumab ou nivolumab + chimiothérapie) par rapport à une chimiothérapie classique par doublet à base de sels de platine chez des sujets ayant un cancer du poumon non à petites cellules à un stade avancé ou récidivant sans altération ALK ou EGFR et naïfs de traitement systémique.

Six mois de trastuzumab en adjuvant suffisent

Six mois de trastuzumab en adjuvant suffisent

Dr Jean-Claude Lemaire - L'étude randomisée de phase 3 PERSEPHONE, menée au Royaume-Uni montre que les résultats d'efficacité obtenus avec 6 mois de trastuzumab en adjuvant ne sont pas inférieurs à ceux documentés lorsque ce traitement est administré pendant les classiques 12 mois. Par ailleurs, le traitement le plus court s'assortit d'une toxicité cardiaque réduite de moitié.

Le cabozantinib améliore la survie dans le carcinome hépatocellulaire avancé

Le cabozantinib améliore la survie dans le carcinome hépatocellulaire avancé

Les patients ayant un carcinome hépatocellulaire avancé précédemment traité ont tiré un bénéfice quant à la survie sous cabozantinib. C'est ce que montrent les résultats de l'étude de phase III CELESTIAL. Le cabozantinib a clairement démontré une amélioration de la survie en deuxième ligne et même au-delà de la deuxième ligne chez certains patients précédemment traités par le sorafenib.

Encorafénib plus binimétinib : nouveau traitement des mélanomes

Encorafénib plus binimétinib : nouveau traitement des mélanomes

Cette étude randomisée, ouverte, de phase 3, conduite dans 162 hôpitaux répartis dans 28 pays, a inclus 577 patients souffrant d'un mélanome cutané histologiquement confirmé, localement invasif (stade IIIB, IIIC ou IV), non résécable ou métastasé. D'autres caractéristiques étaient une mutation BRAFV600E ou BRAFV600K et un indice de performance de l'ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) de 0 ou 1.

Chimiothérapie néoadjuvante avec ou sans hyperthermie dans le sarcome

Chimiothérapie néoadjuvante avec ou sans hyperthermie dans le sarcome

Le suivi à long terme de l'essai de phase III EORTC 62961-ESHO 95 a montré de meilleurs résultats avec l'ajout d'une hyperthermie régionale à la chimiothérapie néoadjuvante chez les patients présentant un sarcome localisé des tissus mous à haut risque.

Pas d'effet antitumoral des HBPM dans le NSCLC

Pas d'effet antitumoral des HBPM dans le NSCLC

La tinzaparine est inefficace, voire dangereuse, en traitement adjuvant du NSCLC. Ces données, qui viennent d'être publiées pourrait, aux dires même des auteurs de l'étude, mettre fin à la recherche sur l'effet antitumoral des HBPM (Héparines de Bas Poids Moléculaire).

Cancer du côlon : la chirurgie laparoscopique donne de meilleurs résultats

Cancer du côlon : la chirurgie laparoscopique donne de meilleurs résultats

Dans cette étude rétrospective, on a effectué une analyse statistique chez 398 patients consécutifs, qui avaient subi une résection colique curative pour un carcinome colique de stade I à III entre janvier 2006 et décembre 2013. On avait pratiqué une chirurgie ouverte chez 133 patients et une résection laparoscopique chez 265 autres patients.

Cancer du sein : débuter la radiothérapie le plus rapidement possible après l'intervention

Cancer du sein : débuter la radiothérapie le plus rapidement possible après l'intervention

Cette étude rétrospective a évalué les données de 581 patientes traitées par chimiothérapie néoadjuvante et chirurgie en raison d'un carcinome mammaire, entre 2008 et 2014. La plupart des patientes avaient un stade clinique III (74 %) ou IIB (18 %). Pratiquement toutes les patientes (95 %) ont été traitées au moyen d'une chimiothérapie néoadjuvante à base d'anthracyclines et de taxanes.

Taux des TILs et pronostic dans les sous-types de cancer du sein

Taux des TILs et pronostic dans les sous-types de cancer du sein

Des taux élevés de lymphocytes infiltrant les tumeurs (TILs) chez les femmes recevant une chimiothérapie néoadjuvante sont associés à un meilleur pronostic dans le cancer du sein HER2-positif et le cancer du sein triple négatif, mais à un moins bon pronostic dans le cancer du sein luminal HER2-négatif.

Le tabagisme affecte négativement la survie à long terme après un cancer du sein

Le tabagisme affecte négativement la survie à long terme après un cancer du sein

Par rapport aux non-fumeuses, le tabagisme au moment du diagnostic de cancer du sein est associé à un risque accru de 69% de mortalité toutes causes confondues. Ce risque de mortalité s'élève à 130% chez les femmes qui ont continué à fumer après le diagnostic par rapport aux non-fumeuses.

Carfilzomib vs bortezomib dans le myélome multiple récidivant ou réfractaire

Carfilzomib vs bortezomib dans le myélome multiple récidivant ou réfractaire

Une analyse intérimaire pré-spécifiée de l'essai de phase III ENDEAVOR montre un bénéfice significatif sur la survie global pour le carfilzomib par rapport au bortezomib chez les patients atteints d'un myélome multiple récidivant ou réfractaire. Les avantages du carfilzomib étaient constants dans tous les sous-groupes de patients.