Dépistage du cancer du poumon : éviter le " surdiagnostic "

13/02/13 à 16:50 - Mise à jour à 16:50

Le cancer du poumon (CP) est souvent diagnostiqué à un stade tardif avec une espérance de vie réduite. La tomodensitométrie à doses faibles (LDCT) peut aider à un diagnostic plus précoce et donc à améliorer le pronostic. Elle peut malheureusement conduire aussi à des " surdiagnostics ". Dans une étude prospective 5 023 participants, d'âge moyen 57,7 ans, ont été enrôlés entre Octobre 2004 et Octobre 2005 ; 66 % d' entre eux étaient des hommes ; 44 % des fumeurs actifs avec une moyenne de 44 paquets-années. L'adhérence au programme de dépistage annuel pendant 5 ans par LDCT a été de l'ordre de 79,2 %. En 5 ans ont été diagnostiqués 175 CP, dont 66 % au stade I ; 89 % ont pu faire l'objet d'une résection complète. Visualisées pendant la même période, 29 lésions étaient, en fait, bénignes selon les résultats de la biopsie ou d'explorations invasives.

...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous pour avoir accès au contenu de ce site.* Et en plus, lisez 4 articles gratuits chaque mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré * Le journal du Médecin, Belgian Oncology News, jm update Spécialiste sont des magazines médicaux. La Loi belge stipule que seuls les médecins et prestataires de soins avec un numéro Inami peuvent le consulter. Ceci vaut aussi pour ce site.
ou

Accès illimité à tous les articles pour les membres du Club du journal du Médecin.

Je deviens membre Je suis membre