Associer durvalumab et osimertinib, les leçons de TATTON

22/04/16 à 13:12 - Mise à jour à 13:12

Associer un EGFR-TKI de nouvelle génération et une immunothérapie avec un inhibiteur de PD-L1 peut sembler une option très intéressante chez les patients avec un cancer du poumon non à petites cellules métastasé ou localement avancé qui ont progressé avec les traitements préalables. Le coût en termes de toxicité semble malheureusement fort élevé, comme l'indiquent des données issues de l'étude TATTON.

...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous pour avoir accès au contenu de ce site.* Et en plus, lisez 4 articles gratuits chaque mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré * Le journal du Médecin, Belgian Oncology News, jm update Spécialiste sont des magazines médicaux. La Loi belge stipule que seuls les médecins et prestataires de soins avec un numéro Inami peuvent le consulter. Ceci vaut aussi pour ce site.
ou

Accès illimité à tous les articles pour les membres du Club du journal du Médecin.

Je deviens membre Je suis membre