Pas de risque accru de tumeurs secondaires à long terme après une radiothérapie en cas de chirurgie d'épargne mammaire

Pas de risque accru de tumeurs secondaires à long terme après une radiothérapie en cas de chirurgie d'épargne mammaire

Cette étude a évalué la survenue de tumeurs malignes secondaires chez 755 femmes dont l'âge médian était de 55 ans (25-89 ans), qui avaient été traitées entre 1992 et 2001 par chirurgie d'épargne mammaire suivie d'une irradiation de la totalité du sein (60-68 Gray), en raison d'un carcinome canalaire in situ (135 patientes) ou d'un carcinome mammaire de stade I-II (620 patientes). Les traitements additionnels consistaient en hormonothérapie et/ou chimiothérapie, en fonction du tableau clinique.

Venetoclax Plus Rituximab dans la CLL récidivante / réfractaire

Venetoclax Plus Rituximab dans la CLL récidivante / réfractaire

La combinaison de l'inhibiteur de BCL2 venetoclax avec le rituximab améliore nettement la survie sans progression par rapport à la bendamustine plus rituximab chez les patients atteints de leucémie lymphoïde chronique récidivante ou réfractaire. Les taux de survie sans progression à 2 ans étaient de 84,9% vs 36,3%.

Prévenir un cancer gastrique métachrone en éradiquant Helicobacter pylori

Prévenir un cancer gastrique métachrone en éradiquant Helicobacter pylori

Un traitement antibiotique contre Helicobacter pylori est associé à une réduction significative du cancer gastrique métachrone chez des patients ayant subi une résection endoscopique d'un cancer gastrique précoce ou d'un adénome de haut grade.

Everolimus plus létrozole dans certains cancers du sein

Everolimus plus létrozole dans certains cancers du sein

L'étude de phase II BOLERO-4 montre que la combinaison de l'inhibiteur mTOR everolimus et d'une endocrinothérapie est active dans le traitement de première intention des femmes ménopausées atteintes d'un cancer du sein avancé avec un récepteur aux oestrogènes (ER) -positif et récepteur du facteur de croissance épidermique humain 2 (HER2)-négatif.

Biopsie sous MRI vs biopsie standard dans le diagnostic du cancer de la prostate

Biopsie sous MRI vs biopsie standard dans le diagnostic du cancer de la prostate

Une biopsie guidée par l'imagerie par résonance magnétique (MRI) permet de diagnostiquer un cancer de la prostate cliniquement significatif et de diagnostiquer une maladie cliniquement insignifiante par rapport à une biopsie guidée par échographie transrectale standard chez des hommes présentant une suspicion clinique d'un cancer prostatique.

Nivolumab Plus Ipilimumab vs Sunitinib dans le RCC avancé

Nivolumab Plus Ipilimumab vs Sunitinib dans le RCC avancé

L'essai de phase III CheckMate 214 a montré un avantage quant à la survie globale avec l'association nivolumab plus ipilimumab vs sunitinib chez les patients atteints d'un carcinome à cellules rénales avancé (RCC) non préalablement traité.

Acupuncture dans la douleur articulaire liée à l'inhibition de l'aromatase

Acupuncture dans la douleur articulaire liée à l'inhibition de l'aromatase

Un essai randomisé de phase III a montré que l'acupuncture peut soulager les douleurs articulaires associées à l'inhibition de l'aromatase, améliorant ainsi l'observance du traitement par un inhibiteur de l'aromatase. Dans l'étude, l'acupuncture a fourni un soulagement de la douleur significativement plus élevé par rapport à l'acupuncture simulée ainsi que dans un groupe témoin sans traitement.

Feux vert de l'EMA pour les deux premières thérapies CAR-T cell

Feux vert de l'EMA pour les deux premières thérapies CAR-T cell

Les deux premières thérapies à cellules T qui utilisent la technologie de récepteur d'antigène chimérique (CAR) ont été recommandées pour une autorisation de mise sur le marché le 29 juin dernier par le CHMP de l'Agence européenne des médicaments (EMA).

La radiothérapie n'apporte aucun avantage supplémentaire après une résection complète d'une tumeur gastrique

La radiothérapie n'apporte aucun avantage supplémentaire après une résection complète d'une tumeur gastrique

Dans cette étude multicentrique (56 centres situés aux Pays-Bas, en Suède et au Danemark), ouverte, de phase 3, 788 patients ayant subi une chimiothérapie préopératoire et une résection d'une tumeur gastrique ont été randomisés vers une chimiothérapie postopératoire seule ou combinée avec de la radiothérapie. La chimiothérapie consistait en épirubicine, cisplatine ou oxaliplatine et capécitabine. La chimio-radiothérapie consistait en 45 Gy administrés en 25 fractions de 1,8 Gy, en association à de la capécitabine et du cisplatine.

Une équipe découvre comment bloquer plus de 99,5% des métastases cancéreuses

Une équipe découvre comment bloquer plus de 99,5% des métastases cancéreuses

Des chercheurs canadiens viennent de découvrir l'existence de 11 gènes qui joueraient un rôle clé dans la propagation du cancer. En inhibant ces nouvelles cibles génétiques, ils sont parvenus à bloquer 99,5% des métastases cancéreuses dans les cellules vivantes.

Radioembolisation vs Sorafénib dans le carcinome hépatocellulaire

Radioembolisation vs Sorafénib dans le carcinome hépatocellulaire

Dans un essai de phase III, aucune différence quant à la survie globale n'a été notée avec l'utilisation de la radiothérapie interne sélective, ou radioembolisation, vs le sorafénib chez les patients présentant un HCC avancé non résécable localement. La radioembolisation était associée à moins d'événements indésirables sévères.

Cancer du testicule et cardiopathies à long terme

Cancer du testicule et cardiopathies à long terme

Les patients qui survivent à un cancer du testicule sont susceptibles de développer de l'hypertension, de l'hypercholestérolémie et de l'obésité, ce qui peut augmenter considérablement le risque de survenue d'une maladie cardiaque.

Immunothérapie dans le NSCLC avancé fortement prétraité

Immunothérapie dans le NSCLC avancé fortement prétraité

L'essai de phase II ATLANTIC a montré que le durvalumab était actif dans le traitement de troisième ligne, et au-delà, du cancer du poumon non à petites cellules avancé (NSCLC). Les taux de réponse étaient plus importants chez les patients présentant une expression PD-L1 plus élevée, quel que soit le statut EGFR et ALK. Des réponses durables ont été observées dans toutes les cohortes de l'étude.

Effet d'un dosage unique du PSA sur la mortalité par cancer de la prostate

Effet d'un dosage unique du PSA sur la mortalité par cancer de la prostate

Un dosage unique du PSA n'est pas associé à une meilleure survie spécifique au cancer de la prostate à 10 ans par rapport à la pratique standard de l'absence de dépistage. Le dépistage est associé à une meilleure détection du cancer de la prostate, en particulier des cancers à faible risque.

Qualité de vie avec le traitement chimio-hormonal dans le cancer de la prostate

Qualité de vie avec le traitement chimio-hormonal dans le cancer de la prostate

La chimio-hormonothérapie par docétaxel et privation androgénique (ADT) est associée à une moins bonne qualité de vie (QOL) à 3 mois mais une meilleure qualité de vie à 12 mois vs ADT seule dans le cancer métastatique de la prostate hormono-sensible. La thérapie chimio-hormonale avait montré une amélioration de la survie globale par rapport à l'ADT seule dans ce contexte.

Le pembrolizumab améliore considérablement la survie en cas de mélanome

Le pembrolizumab améliore considérablement la survie en cas de mélanome

Dans cette étude multicentrique de phase III (123 centres dans 23 pays), 509 patients souffrant d'un mélanome de stade III réséqué à haut risque ont été randomisés vers 200 mg de pembrolizumab (509 patients) ou un placebo (502 patients) par voie intraveineuse toutes les 3 semaines. Ce traitement a été administré jusqu'à ce qu'ils atteignent un nombre total de 18 doses (environ un an) ou jusqu'à la récidive ou l'apparition d'effets indésirables inacceptables.

Cancer du sein en situation adjuvante, 3 grands messages

Cancer du sein en situation adjuvante, 3 grands messages

Dr Jean-Claude Lemaire - A l'issue de l'ASCO 2018, le professeur Ahmad Awada de l'institut Bordet nous a confié son opinion sur les points essentiels à retenir en matière de cancer du sein. Dans cette vidéo consacrée à la prise en charge en situation adjuvante, trois sujets sont abordés:• la place de la chimiothérapie en cas de cancer à risque intermédiaire selon le profil génomique (étude TAILORx présentée en session plénière),• la possibilité de raccourcir le traitement par trastuzumab (étude PERSEPHONE),• l'impact du denosumab sur le risque de progression et de récidive (deux études aux résultats non concordants).

Cancer de la prostate hormonorésistant, le point après l'ASCO 2018

Cancer de la prostate hormonorésistant, le point après l'ASCO 2018

Dr Jean-Claude Lemaire - Dans cette vidéo le professeur Bertrand Tombal met en perspective des résultats présentés à Chicago par rapport à la situation constatée en Belgique. Sont abordés dans le cadre des cancers hormonorésistants non métastatiques l'impact d'une deuxième ligne de traitement par anti-androgènes et l'importance de l'imagerie dans la prise en charge optimale d'une élévation du PSA chez des patients non traités et la conduite à tenir en cas d'élévation du PSA chez un patient sous traitement de privation androgénique.