Misogyne, la réanimation?

12/05/17 à 11:08 - Mise à jour à 11:17

Les femmes sont moins efficaces que les hommes quand elles prodiguent les premiers secours comme la réanimation. C'est la conclusion d'une étude bâloise, qui demande que les femmes soient formées de manière plus ciblée.

Misogyne, la réanimation?

© © Matteo Zanga

Il existe une différence si une femme ou un homme effectue les premiers gestes après un arrêt cardiaque, selon l'étude. Les femmes sont en particulier moins bien notées pour ce qui est des commandements lors de réanimations, écrivent des chercheurs de l'Université et de la Clinique universitaire de Bâle dans la revue Critical Care Medicine. Ceci peut influer sur les chances de survie du patient.

L'étude a pris en compte 108 étudiantes en médecine et 108 de leurs camarades masculins. Dans le cadre de leurs études, ceux-ci sont formés à une communication efficace lors de réanimations. Malgré ce même niveau, les équipes féminines ont été moins bien notées lors des simulations de réanimation, indique l'Université de Bâle lundi.

Par rapport aux équipes exclusivement masculines, les ordres clairs étaient nettement moins nombreux dans les groupes de femmes. Même dans les équipes mixtes, les femmes montraient beaucoup plus de retenue dans la communication. De plus, elles ont moins recouru aux massages cardiaques et ont eu besoin de plus de temps avant de débuter la réanimation, a constaté la directrice de l'étude Sabina Hunziker.