Rectificatif

Rectificatif

Une erreur s'est glissée dans le texte publié le 27/09/2018.

PrEP en continu ou PrEP à la demande ?

PrEP en continu ou PrEP à la demande ?

Quelle est la meilleure façon d'administrer la PrEP ? En continu ou à la demande ? Réponse avec les résultats intermédiaires de ...

Chemsex: un accélérateur de risque

Chemsex: un accélérateur de risque

Nouvelle pratique récréative très en vogue dans certains milieux branchés de la nuit, notamment chez les hommes pratiquant le sexe avec d'autres hommes, gay ou bisexuels, le chemsex décuple la stimulation, les sensations et l'endurance au cours de l'acte sexuel. Bien moins récréatives, des études cliniques et épidémiologiques récentes constatent que cette pratique rock'n roll augmente le risque d'une nouvelle infection par le VIH ou l'hépatite C sans oublier les MST.

PrEP en hausse constante, préservatif en baisse

PrEP en hausse constante, préservatif en baisse

Une étude australienne constate que, parallèlement à une augmentation du recours à la PrEP, l'utilisation du préservatif par les hommes pratiquant le sexe avec d'autres hommes, sous PrEP ou non, est en nette baisse lors de relation sexuelle avec un partenaire occasionnel. Si, actuellement, cette tendance baissière du recours systématique au préservatif n'affecte pas la baisse constante du taux de nouveaux cas de VIH dépistés, une crainte se fait jour sur les conséquences à plus long terme de cette nouvelle tendance sur l'épidémiologie du VIH.

VIH + diabète = risque accru de tuberculose

VIH + diabète = risque accru de tuberculose

Depuis les années '80, on constate une augmentation des cas de tuberculose dans le monde en liaison avec le VIH. Plus récemment, le diabète s'est révélé être un facteur de risque important de la tuberculose, deux constats épidémiologiques majeurs qui ont mené des chercheurs de l'Université de Yale à mettre sur pied une étude destinée à évaluer l'impact conjugué du VIH et du diabète sur le risque de tuberculose.

Utilisateurs des autotests, qui êtes-vous ?

Utilisateurs des autotests, qui êtes-vous ?

Enjeu central de la lutte contre le VIH, le dépistage traîne les pieds et constitue, dans nombre de pays, l'objectif du programme 90-90-90 de l'ONUSIDA le plus difficile à atteindre. Ainsi, en France, il de 84% selon les derniers chiffres disponibles alors que les mises sous traitement ainsi que l'objectif de charge virale indétectable atteignent bien les 90% requis. Pour accroître le recours au dépistage et en augmenter la fréquence, des autotests sont en vente libre dans les pharmacies. Mais qui en sont les principaux utilisateurs ?

Impact de la polymédication non VIH sur la morbi-mortalité des patients VIH

Impact de la polymédication non VIH sur la morbi-mortalité des patients VIH

Selon les résultats d'une étude prospective américaine menée sur base des données du service de santé du Department of Veterans Affairs et publiée récemment dans la revue AIDS, la prise d'au moins deux traitements non VIH, prescrits à titre préventif, curatif ou pour lutter contre certains effets secondaires des traitements ARV, augmente de 50% le risque d'hospitalisation et de 20% le risque de mortalité du patient âgé vivant avec le VIH.

VIH, un facteur de risque indépendant de la dysfonction érectile

VIH, un facteur de risque indépendant de la dysfonction érectile

Etre un homme vivant avec le VIH, pratiquant le sexe avec d'autres hommes et suivre un traitement par combinaison d'ARV double le risque de souffrir d'une dysfonction érectile selon les résultats d'une étude hollandais qui conclut que le VIH constitue, de fait, un facteur de risque indépendant de la dysfonction érectile et des troubles sexuels chez le patient VIH+ d'âge moyen.

VIH et cancers cutanés

VIH et cancers cutanés

Les personnes vivant avec le VIH présentent une forte augmentation de l'incidence et du risque de présenter un cancer basocellulaire ou épidermoïde par rapport à la population générale. Tel n'est cependant pas le cas pour le plus redoutable des cancers de la peau, le mélanome, dont l'incidence et le risque sont équivalents dans les deux populations étudiées.