Contraception hormonale et sexualité féminine

15/05/18 à 10:20 - Mise à jour à 10:20

L'existence d'un éventuel impact négatif de la contraception hormonale sur la sexualité féminine est un problème qui perturbe les femmes, un sujet qui fait les choux gras de la presse féminine et un débat toujours ouvert parmi les experts.

Contraception hormonale et sexualité féminine

Pascaline Mourey © -

Une analyse de FECOND, enquête téléphonique sur la santé sexuelle et reproductive réalisée en 2010 sur un échantillon représentatif de la population générale française, apporte un éclairage bienvenu sur la question.

Cette analyse présentée par Pascaline Mourey, Paris, France (FC-20), dans le cadre du 15ème congrès de l'European Society of Contraception and Reproductive Health (Budapest 9-12 mai 2018) est basée sur un échantillon de 2 215 femmes des 5272 ayant répondu à l'enquête FECOND.

Ces femmes ont été sélectionnées en raison de l'utilisation de l'un des 4 types de contraception les plus utilisés à cette époque: combinaison orale contraceptive (n=1151), stérilet hormonal (n=376), stérilet au cuivre (n=265) ou préservatifs (n=423), ce qui permettait des comparaisons sur divers aspects de la sexualité de ces femmes documentés via sept questions évaluant la satisfaction sexuelle, la sécheresse vaginale, la capacité à atteindre l'orgasme, le désir, la douleur, le plaisir et la fréquence des rapports sexuels et permettant aux investigateurs de calculer un score total allant de 7 à 28 (le plus élevé indiquant la meilleure fonction sexuelle).

L'objectif était de déterminer si l'utilisation d'une contraception hormonale sous forme de pilules ou de stérilet était associée à des résultats négatifs sur le plan de la sexualité et si globalement les résultats ne montrent aucune différence significative entre les utilisatrices d'une contraception hormonale et les utilisatrices d'un stérilet au cuivre. Cela vaut tant pour le score global que pour chacun des aspects qui le composent.

En revanche, par rapport aux femmes utilisant des préservatifs :

• les utilisatrices de pilules ont un score total plus élevé (+ 0,81 ; IC 95% 0,36-1,26 ; p <0,001) qui s'explique notamment par moins de difficultés à atteindre l'orgasme, moins de problèmes de plaisir sexuel et des rapports sexuels plus fréquents;

• les femmes utilisant un stérilet hormonal ont un score total plus élevé (+1,11 ; IC 95% 0,44-1,77 ; p <0,001) qui s'explique surtout par moins de problèmes de plaisir et des rapports sexuels plus fréquents.

A noter encore l'absence de différence significative entre les utilisatrices de pilules et les porteuses de stérilet hormonal.