Interview du Pr Dr S. Joniau (KU Leuven)

Interview du Pr Dr S. Joniau (KU Leuven)

Pierre Dewaele - L'EAU cette année a été la scène d'une rude bataille entre les défenseurs d'une chirurgie largement robotisée et les partisans ...

Interview du Pr Dr B. Tombal (Saint-Luc UCL)

Interview du Pr Dr B. Tombal (Saint-Luc UCL)

Pierre Dewaele - Les traitements des cancers prostatiques évoluent. Le Prof Bertrand Tombal (Cliniques Universitaires Saint-Luc - UCL) revient ...

Cancer prostatique : le dépistage en question

Cancer prostatique : le dépistage en question

Pierre Dewaele - Mieux vaut prévenir que guérir, mais encore faut-il connaitre les populations à risque. Dans le cas du cancer prostatique, plusieurs ...

We are the robots... ?

We are the robots... ?

Pierre Dewaele - L'affirmation vieille de 30 ans s'appliquerait-elle aujourd'hui à la chirurgie prostatique ? Un débat passionné a animé les traverses ...

La kallicréine : une  'nouvelle' amie ?

La kallicréine : une 'nouvelle' amie ?

Pierre Dewaele - Le test PSA est associé à une augmentation de la survie grâce à un dépistage précoce ; mais dans le même temps, comme l'a rappelé ...

HBP : quelle est la place de l'inflammation ?

HBP : quelle est la place de l'inflammation ?

Pierre Dewaele - La question posée par Mauro Gacci est intéressante à plus d'un titre puisqu'il y a non seulement une implication pathophysiologique, mais également thérapeutique.

Cancers prostatiques : du diabète à la mortalité spécifique

Cancers prostatiques : du diabète à la mortalité spécifique

Pierre Dewaele - Deux posters ont retenu l'attention du public nombreux, présent lors des toutes premières sessions de l'EAU 2017 qui se tenait à Londres : d'une part une étude multicentrique sur la mortalité spécifique à 20 ans des cancers prostatiques à haut risque et, d'autre part, l'association de ce même cancer au diabète de type 2.

Les perspectives de l'ESO

Les perspectives de l'ESO

Pierre Dewaele - Comme chaque année lors de l'EAU, l'European School of Oncology tient à délivrer ses messages et ce à quoi on peut s'attendre dans l'année en cours.

Testostérone : supplémentation en question

Testostérone : supplémentation en question

Pierre Dewaele - Face à une baisse du taux de testostérone, quelle doit être l'attitude du médecin surtout si se greffe dessus un risque ou une histoire de cancer prostatique ? Une question à laquelle Peter Ostergren (Copenhague, Danemark) a apporté des éléments de réponses.

Le tabac fragilise les reins du futur bébé

Le tabac fragilise les reins du futur bébé

A l'impressionnante liste des répercussions négatives (retard de croissance intra-utérin, naissance prématurée, malformations congénitales, asthme, mort subite, puberté précoce, infertilité, toxicomanie...) du tabagisme des mères enceintes sur la santé de leur futur bébé, une étude de l'Université de Kyoto pointe un nouveau risque, celui de détériorer la fonction rénale de l'enfant, dans les 3 ans suivant sa naissance. Un risque déjà mis en évidence chez l'adulte.

Calculs rénaux : une méthode renversante pour les éliminer !

Calculs rénaux : une méthode renversante pour les éliminer !

Va-t-on désormais prescrire une visite dans un parc d'attractions ou une foire foraine à des patients qui souffrent de calculs rénaux ? Insolite, cette piste thérapeutique est pourtant sérieuse. Une équipe d'urologues de l'Université du Michigan a en effet confirmé que les secousses des montagnes russes avaient une vertu inattendue : aider à expulser les calculs rénaux de petite taille calcifiés dans les reins ou dans la vessie et qui se coincent dans l'uretère.

L'insuffisance rénale chronique pourrait provoquer le diabète

L'insuffisance rénale chronique pourrait provoquer le diabète

On savait que le diabète de type 2 est un facteur de risque de l'insuffisance rénale chronique. En revanche, l'inverse n'avait jamais été démontré. Et c'est ce que vient de prouver une équipe de l'Université de Montréal.

Première greffe rénale robotique sur un patient obèse en Europe !

Première greffe rénale robotique sur un patient obèse en Europe !

Le CHU de Toulouse s'est récemment illustré en réalisant avec succès, à un mois d'intervalle, deux greffes rénales robot-assistée chez des patients obèses, non éligibles à la transplantation du fait de leur obésité sévère ou morbide (indice de masse corporelle - ou IMC - supérieur à 35), les risques chirurgicaux encourus étant jugés trop élevés. Le premier pesait 105 kg pour 1,63 m, soit un IMC de 37, et le second 130 kg pour 1,80 m, soit un IMC à 40.