La goutte s'envole

La goutte s'envole

Jean-Luc Schouveller - Notre mode de vie, surtout nos habitudes alimentaires, a, une fois de plus, frappé. Plusieurs études récentes ont tiré la sonnette ...

PR et grossesse

PR et grossesse

Jean-Luc Schouveller - Bien que la PR soit, en général, une pathologie des populations âgées, la prévalence est aussi non négligeable chez les jeunes ...

AINS et ostéo-arthrite; amis ou ennemis ?

AINS et ostéo-arthrite; amis ou ennemis ?

Jean-Luc Schouveller - Les AINS constituent depuis toujours la pierre angulaire du traitement de la douleur chez les patients atteints d'ostéo-arthrite. ...

SpA: le parcours du combattant

SpA: le parcours du combattant

Jean-Luc Schouveller - Une étude suédoise a suivi durant 5 ans la trajectoire thérapeutique de 1700 patients à partir de la prescription de leur premier DMARD biologique. Récit d'un parcours du combattant dans un paysage en mutation perpétuelle.

Canakinumab: nouvelle option potentielle pour prévenir les crises de goutte

Canakinumab: nouvelle option potentielle pour prévenir les crises de goutte

Jean-Luc Schouveller - CANTOS, l'étude qui, il y a quelques mois, validait pour la première fois l'hypothèse inflammatoire dans l'athérosclérose, revient sur le devant de la scène en démontrant, cette fois, un effet préventif potentiel du canakinumab, un inhibiteur de l'IL-1 bêta, sur les crises de gouttes et ce, indépendamment du taux d'acide urique.

PR: les bénéfices au très long cours d'un traitement précoce et intensif

PR: les bénéfices au très long cours d'un traitement précoce et intensif

Jean-Luc Schouveller - Après un suivi de 23 ans, une troisième et nouvelle analyse de l'étude COBRA suggère qu'un traitement précoce et intensif de la PR apporte d'importants bénéfices sur le très long cours, ce compris une quasi normalisation du taux de mortalité qui tend à se confondre avec celui de la population générale.

Quand la gonarthrose s'aggrave, la dépression pointe son nez

Quand la gonarthrose s'aggrave, la dépression pointe son nez

Jean-Luc Schouveller - Comme souvent en cas de pathologie douloureuse chronique, les patients atteints de gonarthrose sont à haut risque de développer un état dépressif. Tel est en effet le cas pour environ 20% des patients selon les études disponibles. Mais quels sont les facteurs de gravité de la gonarthrose qui peuvent favoriser cette évolution vers un état dépressif et comment gérer cette situation?

Gonarthrose: l'acide zolédronique déçoit

Gonarthrose: l'acide zolédronique déçoit

Jean-Luc Schouveller - Un quart d'heure à peine, le temps de présenter en session plénière les résultats de l'étude ZAP2, aura suffi pour voir s'envoler un bel espoir pour les quelques quarante millions de patients qui, en Europe, souffre de gonarthrose. Administré durant deux ans à raison d'une perfusion annuelle, l'acide zolédronique ne fait guère mieux que le placebo pour réduire la douleur et améliorer la fonctionnalité des patients mais, surtout, il ne montre aucune propension à modifier l'activité de la maladie et donc protéger l'articulation.

Lombalgie : la prise en charge est trop souvent inadéquate

Lombalgie : la prise en charge est trop souvent inadéquate

Le constat est rude : selon une vaste revue de la littérature médicale menée par plus de 30 experts à travers le monde, trop de patients souffrant de douleurs dorsales ne reçoivent pas les bons traitements et cela engendre des souffrances et coûts inutiles.

Lupus : un nouvel anticorps monoclonal prometteur

Lupus : un nouvel anticorps monoclonal prometteur

Une nouvelle étude montre que le belimumab, un anticorps monoclonal d'immunoglobuline humaine, procure des bienfaits considérables aux patients atteints d'un lupus érythémateux disséminé.

Traitement de l'ostéoporose post-ménopausique à la lumière du WCO-IOF-ESCEO 2018

Traitement de l'ostéoporose post-ménopausique à la lumière du WCO-IOF-ESCEO 2018

A l'heure où les agents ostéoformateurs s'apprêtent à venir renforcer l'arsenal thérapeutique, le professeur Jean-Jacques Body fait le point sur le mode d'action et les résultats à attendre de ces molécules nouveautés thérapeutiques, précise leur place par rapport aux agents antirésorption et discute des atouts et inconvénients respectifs des bisphosphonates et du denosumab.