L'e-cigarette : allié ou ennemi face au tabagisme ?

15/09/17 à 09:51 - Mise à jour à 09:51

Le recours à l'e-cigarette pour cesser de fumer constitue un sujet hautement controversé comme on a pu s'en rendre compte tout au long des quatre jours du congrès milanais. Le Dr Linnea Hedman (Umea University, Suède) résume pour nous les nouvelles pièces à charge car, soyons honnête, les pièces à décharge sont actuellement bien rares.

L'e-cigarette est-elle nocive ? Dans l'état actuel des choses, difficile de répondre de façon définitive et scientifique à cette question mais une étude européenne qui a analysé de façon extensive les différentes substances contenues dans les recharges des cigarettes électroniques les plus vendues sur le continent y a dénombré près de 250 composants chimiques différents dont nombre éveillent de sérieux soupçons de nocivité surtout s'ils sont chauffés. Des études plus précises doivent être menées pour en avoir le coeur net. Mais, comme disaient nos grands-mères, le ver est dans la pomme !

L'e-cigarette est-elle une aide à la cessation tabagique ? On peut sérieusement en douter à la lecture des résultats de la vaste étude de cohorte prospective menée par le Dr Hedman et son équipe. En effet, plus de 2/3 des vapoteurs sont des fumeurs toujours actifs pour qui cessation tabagique rime avec diminution de la consommation quotidienne de cigarettes remplacée par le vapotage intensif. Il n'y a donc pas de véritable cessation tabagique mais plutôt un partage entre cigarette pure et e-cigarette.

L'e-cigarette améliore-t-elle la fonction respiratoire ? Non selon cette étude suédoise. La présence de symptômes respiratoires est retrouvée chez 56% des 'bifumeurs' (cigarette vraie et électronique) vs 46% chez les fumeurs de tabac, 34% chez les vapoteurs purs et 26% chez les non-fumeurs.

Mais le plus inquiétant reste le constat européen d'une importante diminution de la consultation des cliniques du tabac et de la recherche d'une aide médicale professionnelle ainsi que du recours aux traitements substitutifs à la nicotine. Par contre, le recours à l'e-cigarette est en plein boom surtout chez les jeunes.

En savoir plus sur: