Il n'y a pas de mal à se faire du bien

Il n'y a pas de mal à se faire du bien

La consommation régulière de chocolat pourrait être un moyen de diminuer le risque de fibrillation auriculaire (FA).

Jusqu'à 17 ans plus tard

Jusqu'à 17 ans plus tard

On a beaucoup glosé sur l'intensité et la durée optimale de l'anti-agrégation plaquettaire après infarctus, mais sommes-nous certains ...

Arrêt cardiaque et adrénaline

Arrêt cardiaque et adrénaline

L'American Heart Association considère que l'usage de l'adrénaline IV en cas d'arrêt cardiaque peut constituer une attitude raisonnable ...

Risque de diabète et traitements de la polyarthrite rhumatoïde (PR)

Risque de diabète et traitements de la polyarthrite rhumatoïde (PR)

La PR s'accompagne d'un risque cardiovasculaire accru lié en partie à une plus grande prévalence de facteurs de risque traditionnels dont en particulier le diabète et à l'inflammation systémique inhérente à la maladie elle-même.

Manger régulièrement du chocolat aiderait à prévenir la fibrillation atriale

Manger régulièrement du chocolat aiderait à prévenir la fibrillation atriale

On sait depuis longtemps que le chocolat, quand il est consommé en petites quantités, est un bon allié de notre santé et ses effets protecteurs sur le système cardiovasculaire ont déjà été évoqués à diverses reprises. Une nouvelle étude menée par des scientifiques danois, américains et canadiens montre son impact positif pour réduire les risques de fibrillation atriale, le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, qui concerne près de 10 millions d'Européens.

Une molécule produit les mêmes effets que l'exercice physique !

Une molécule produit les mêmes effets que l'exercice physique !

Voilà une étude réalisée sur des souris dont les résultats pourraient agacer les sportifs qui s'entraînent sans relâche pour améliorer leur endurance et leurs performances mais au contraire séduire toutes celles et tous ceux que l'exercice physique rebute.

On en sait plus sur la manière dont le tabac affecte les artères

On en sait plus sur la manière dont le tabac affecte les artères

Jusqu'à présent, le mécanisme précis par lequel le tabagisme mène à des troubles du coeur et des vaisseaux n'avait pas été identifié. Pour clarifier ce lien, des chercheurs new-yorkais ont examiné les données génétiques de plus de 140 000 personnes provenant de 29 études effectuées précédemment, en se concentrant particulièrement sur 45 petites régions du génome connues pour être associées à un risque accru de maladies coronaires.

Risque fortement accru d'infarctus après une infection respiratoire

Risque fortement accru d'infarctus après une infection respiratoire

Dans les jours qui suivent une infection respiratoire, qu'elle soit basse (grippe, pneumonie ou bronchite), ou haute (rhume, pharyngite, rhinite ou sinusite), le risque de crise cardiaque augmente fortement, selon une étude rétrospective australienne.

Le patient au centre des soins cardiologiques

Le patient au centre des soins cardiologiques

Ce 18 mai, la clinique de l'insuffisance cardiaque du CHU Ambroise Paré, lancée récemment, organise une grande journée de sensibilisation à l'insuffisance cardiaque à destination des patients et du grand public. Il s'agit d'une des initiatives du CHU visant à améliorer la prévention et la prise en charge des maladies cardiovasculaires.