Rejet du mini-accord : les lignes bougent peu

19/06/17 à 11:16 - Mise à jour à 11:15

Source: Le Journal Du Médecin

16% des médecins belges ont rejeté le mini-accord médico-mut signé pour un an. C'est mutatis mutandis le même taux que l'an passé par rapport à l'accord 2016-2017. Les arrondissements " frondeurs " sont toujours les mêmes : Neufchâteau, Arlon, Furnes, Turnout, etc. Les spécialités "problématiques" - occulistes, dermatologues... - pour l'accès aux soins sont également inchangées.

Rejet du mini-accord : les lignes bougent peu

© BELGAIMAGE

La différence par rapport à 2016 tient en une virgule : en 2017, on assiste à 16,93% de rejet contre 16% en 2016.

Le pourcentage est plus élevé parmi les médecins accrédités mais là aussi les lignes n'ont pas bougé par rapport à l'an passé : 21,02% contre 21,76% cette année.

Certaines spécialités posent à nouveau un problème : les dermatologues sont 68,5% à rejeter l'accord, 59% des ophtalmologues et des chirurgiens plastiques.

Le taux de "dégagisme" se maintient autour de 40% chez les orthopédistes et les stomatologues : 42% chez les premiers cette année.

Arrondissement

Peu de changement parmi les arrondissements "frondeurs" : Les généralistes du Luxembourg sont toujours aussi prompts : Neufchâteau enregistre 45% de rejets parmi les accrédités, en baisse tout de même par rapport à 2016 (51%). Bastogne par contre croît de 39 à 44%.

En Flandre, Dixmude enregistre le plus fort taux parmi les accrédités : 19% (en hausse par rapport aux 15,5% de 2016).

Parmi les MG (accrédités), Furnes, Turnhout et Termonde demeurent les plus rétifs à la convention avec respectivement 30, 28 et 24% de déconventionnement.

Eeklo (proche de Gand) enregistre un taux important de déconventionnement parmi les spécialistes accrédités (47%).

Nulle part on enregistre un taux supérieur à 40% si l'on prend l'ensemble des médecins agréés pas même les seuls "actifs".

A noter que le terme "actif" est ambigu car il s'agit des personnes que l'Inami reconnaît comme médecin. C'est pourquoi les pourcentages auprès des accrédités nous paraissent plus proches d'une pratique médicale digne de ce nom.