Laurent Zanella
Laurent Zanella
Journaliste
Opinion

22/02/18 à 09:30 - Mise à jour à 13:24

Proactivité nécessaire

Depuis le remaniement du gouvernement wallon, Alda Greoli, ministre wallonne de la Santé a su faire montre d'une certaine maîtrise dans les dossiers qui lui ont été confiés. Finalement, ce n'est pas si étonnant que cela puisqu'elle fut cheffe de cabinet de son prédécesseur, Maxime Prévot, de 2014 à 2016, date à laquelle elle prit en charge le ministère de la Culture, entre autres, en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Proactivité nécessaire

© BELGA

Il y a toutefois un dossier où la transition entre Alda Greoli et Maxime Prévot ne semble pas avoir été assurée de manière optimale : l'affaire du cluster de cancers de Fernelmont, et en particulier la mise en oeuvre de brochures explicatives afin que les médecins soient mieux outillés pour répondre aux questions de leurs patients. Le sujet étant, pour rappel, les dangers potentiels des pesticides et autres perturbateurs endocriniens surtout pour la femme enceinte et le nourrisson. " Je suis, avec le Dr Jean Pauluis, un convaincu du folder comme support ", nous expliquait le Dr Étienne Bolly, il y a deux mois déjà. " Il y a plus d'un an vous en avez parlé à M. Prévot qui était tout à fait d'accord mais qui ne savait pas à qui s'adresser (sic) ! Depuis rien. Nous avons écrit une lettre à deux députés intéressés par les perturbateurs endocriniens, pour obtenir leur soutien quant à ce folder, même pas de réponse. " Le médecin fernelmontois, fort intéressé par la question depuis les problèmes survenus il y a de cela deux ans en Hesbaye, fustige l'attitude " étrange d'une bonne partie du monde politique qui interdit les pesticides dans les cimetières et crée des zones tampons mais qui ne communique pas sur le sujet et qui n'utilise pas les moyens dont il dispose pour informer. On dirait qu'ils attendent que les gens oublient, que l'on puisse continuer comme avant. Surtout que rien ne change. "

L'actualité lui donne raison. Aux dires de la ministre, elle n'a, à ce jour, reçu aucune demande des médecins (lire en page 4). À encore croire les médecins et la député écolo, Hélène Ryckmans, c'est peu probable. Mais quoi qu'il en soit, ne serait-on pas en droit d'attendre de la proactivité de la part d'un ministre qui a la prévention dans ses compétences ? Doit-on attendre une demande écrite de la part des médecins pour mettre en oeuvre des outils de prévention ?