Dr Alain De Wever
Dr Alain De Wever
Professeur émérite de l'Ecole de santé publique de l'ULB
Opinion

11/10/18 à 23:30 - Mise à jour à 15:57

Où se situe le médecin au sein des dérives des religions intégristes et des dictatures ?

Les événements de ces derniers mois me poussent à réfléchir au rôle du médecin dans une société où s'expriment de plus en plus ouvertement les dérives des religions intégristes et des régimes totalitaires qui imposent des obligations initiatrices d'attitudes destructrices de la condition humaine intéressant le respect de la liberté individuelle de chacun.

Où se situe le médecin au sein des dérives des religions intégristes et des dictatures ?

© AFP

Les agressions sexuelles du clergé sur les enfants le plus souvent masculins, l'approbation silencieuse des autorités cléricales pendant de nombreuses années, les déclarations du pape sur l'homosexualité et le traitement psychiatrique à débuter dès l'enfance, l'influence de l'église d'Argentine sur le rejet de l'avortement légal, l'interdiction faite aux prêtres de se marier et d'avoir des relations sexuelles normales mais aussi l'attitude de certains musulmans vis-à-vis des femmes, l'imposition vestimentaire des mâles des familles envers leurs femmes, leurs filles et leurs soeurs et surtout les dérives racistes et meurtrières des djihadistes mais encore l'attitude des religieux extrémistes juifs et arabes imposant des lois divines et des tribunaux religieux par rapport aux lois et juridictions civiles décidées par des parlements élus démocratiquement, les impositions liberticides dans la vie quotidienne qu'elles soient hebdomadaires, vestimentaires ou alimentaires sont souvent le résultat de pensées et de directives archaïques qui ont pu parfois avoir leur justification mais qui n'ont plus rien à voir avec une vie moderne épanouissante et libre sans nuire à son voisin. Les dérives des dictatures de droite ou de gauche dans le monde enfermant et torturant les opposants et faisant taire toutes les voix contradictoires par des répressions sanguinaires à l'échelle d'une nation et l'action des policiers et des armées au service de pouvoirs absolus.

Il faut aussi souligner les dérives naissantes d'un intégrisme écologique et d'un abus de l'usage du principe de précaution empêchant toute prise de risques créatrice d'innovations progressistes.

Athées et agnostiques

Elles sont génératrices de dérives inacceptables pour les démocrates, pour les fidèles non intégristes de ces religions, les athées et les agnostiques.

Quand un médecin est obligé de s'abstenir de transfuser un témoin de Jéhovah ou de ne pas vacciner des enfants de parents sectaires il va à l'encontre de sa vocation. L'exemple récent des décès provoqués par la rougeole en France illustre ce propos.

Quand il constate des sévices sexuels qu'il traite mais ne dit rien en raison des menaces pesant sur lui de la part des autorités religieuses il va à l'encontre de sa vocation.

Quand il constate les dégâts psychiatriques provoqués par la solitude proposée aux moines et religieuses consentants ainsi qu'aux femmes victimes d'un autoritarisme masculin encouragé par des principes ancestraux et qu'il s'abstient d'intervenir sur les causes fondamentales il va à l'encontre de sa vocation.

Quand un médecin masculin se voit imposer au risque de se voir brutalisé par un mari extrémiste le refus de soigner son épouse malade, il va à l'encontre de sa vocation.

Quand un médecin se fait l'instrument d'un pouvoir sans dénoncer les tortures qu'il constate, il va à l'encontre de sa vocation

Le médecin ne doit pas imiter la passivité électoraliste de certains responsables politiques, il doit être le moteur d'un combat contre ces dérives par son action quotidienne basée sur la science médicale et non l'imposition d'une pensée univoque ou l'empirisme des modes non étayées par des faits et démonstrations expérimentales tangibles ainsi que des croyances ancestrales dogmatiques bien souvent inventées par l'homme pour le réduire à un rôle passif et obéissant sans faire progresser l'humanité.

En savoir plus sur: