Multipharma lance un site d'e-commerce

25/10/17 à 08:30 - Mise à jour à 13:44

Multipharma lance, via son portail www.multipharma.be, "le premier site en Belgique qui proposera aussi bien des produits de parapharmacie et de médicaments sans ordonnance (à la vente et à la réservation) que des médicaments sur ordonnances en réservation", se targue mardi le réseau de quelque 300 pharmacies. "Ce n'est pas si neuf qu'on veut le faire croire", a réagi Lieven Zwaenepoel, le président de l'Association pharmaceutique belge (APB), la fédération nationale des pharmaciens d'officine indépendants, qui sortira prochainement sa propre plate-forme web de services en ligne.

Multipharma lance un site d'e-commerce

© BELGA

"Aujourd'hui, le pharmacien doit faire face à une concurrence accrue des ventes de parapharmacie et médicaments en vente libre en ligne", explique Multipharma. "Pourtant, son rôle ne se limite pas à celui d'un simple vendeur. En effet, il a également une fonction importante en matière de conseil, de suivi et de contact avec les patients. (...) Multipharma.be permet à toute personne de s'assurer de la disponibilité rapide de ses médicaments ou produits de bien-être dans un de ses 300 points de vente de son choix avec le conseil du pharmacien, ou de la livraison partout en Belgique", poursuit l'enseigne.

"La plateforme n'est pas un point de vente supplémentaire mais un point de contact supplémentaire", souligne, pour sa part, l'administratrice déléguée de Multipharma Fabienne Bryskère. "On y retrouve donc différentes fonctions: la possibilité de chat avec un pharmacien, la possibilité de réserver ses médicaments sur prescription en ligne, un lien continu avec sa pharmacie de proximité."

L'APB ne se montre, elle, pas du tout impressionnée. "Voici une nouvelle initiative commerciale qui n'est en fait pas si neuve qu'elle n'en a l'air", selon son président Lieven Zwaenepoel. "Un tel site web doit respecter le code déontologique des pharmaciens et respecter les règles du Guide des bonnes pratiques pharmaceutiques officinales. Il est du devoir de l'Afsca (Agence fédérale pour le contrôle de la chaîne alimentaire, ndlr) et de l'Ordre des Pharmaciens de veiller à ce que ces règles soient respectées. Mais en soi, la numérisation n'est pas une mauvaise chose. Nous travaillons également à un propre système de prestation de services en ligne pour nos membres."