Dr Elide Montesi
Dr Elide Montesi
MG à Sambreville
Opinion

02/11/17 à 16:00 - Mise à jour à 16:12

MG, catégorie à part

Les médecins généralistes sont vraiment une catégorie à part de la profession médicale. Alors que l'évolution de la médecine spécialisée se fait dans le sens d'une technicité de plus en plus poussée avec une hyperspécialisation organique qui fait craindre bientôt des ORL spécialistes de l'oreille interne gauche et d'autres de l'oreille interne droite, le généraliste porte de mieux en mieux son nom.

MG, catégorie à part

© © Syda Productions

Nous gérons en effet des patients porteurs de polypathologies, le plus souvent polymédiqués, et nécessitant des soins multiples. Notre rôle de soignant en tant que généraliste ne consiste pas à traiter un organe ou une partie d'organe, mais il implique une prise en charge du patient qui tienne compte de tous les facteurs : physiologiques, psychologiques, mais aussi environnementaux, sociétaux, anthropologiques. Cela nécessite de notre part un lourd investissement en temps, en énergie, en communications chronophages avec tous les intervenants médicaux et aussi sociaux, souvent pour un résultat peu conséquent, voire même sans résultats. Le médecin généraliste est un Sysiphe doublé d'un Don Quichotte.

Et, cerise amère sur un gâteau qui ne l'est parfois pas moins, être médecin généraliste, c'est aussi remplir une fonction administrative. Que ne pestons-nous pas contre cette paperasse, réelle ou de plus en plus souvent informatisée, qui envahit notre temps de consultation et le temps d'après ? Voilà un rôle dont nous nous passerions bien, parce qu'il n'est pas " soignant " au sens où nous comprenons l'acte de soigner, parce qu'il n'est pas médical au sens où nous entendons la pratique médicale. Un rôle que l'on nous impose, que nous subissons à contrecoeur et dont nous avons l'impression qu'il est dévalorisant pour la profession médicale. Pourtant, dernièrement, j'ai entendu un jour une patiente dire : " Je ne comprends pas pourquoi les médecins sont toujours de mauvaise humeur quand nous arrivons avec des papiers à remplir. C'est aussi une manière de s'occuper de leurs patients, non ? "

Certes, je continuerai toujours à m'insurger contre la bureaucratie tatillonne et kafkaïenne et toute simplification administrative est la bienvenue. Mais la réflexion de cette patiente a éclairé d'un jour nouveau mon rôle administratif que je jugeais méprisable et de seconde zone par rapport à mon noble rôle de médecin. Cette patiente n'a pas tort lorsqu'elle dit que remplir un document pour un patient, c'est encore et toujours prendre soin de lui. Nous ne sommes pas moins médecins ou soignants lorsque nous remplissons un certificat, une demande de voiturette pour une personne atteinte d'un lourd handicap, lorsque nous introduisons une demande de remboursement pour un médicament, lorsque nous remplissons une demande de reconnaissance de handicap ou un dossier pour le CARA que lorsque nous pratiquons un examen clinique, un ECG, une spirométrie ou une suture, ou lorsque nous l'écoutons nous parler de son vécu. S'occuper de toute cette bureaucratie, rébarbative et fastidieuse, s'inscrit bien pour le médecin généraliste dans cette prise en charge du patient dans sa globalité.