Les étudiants en médecine décrètent un "jour noir"

29/03/17 à 12:53 - Mise à jour à 14:20

Source: Le Journal Du Médecin

L'examen d'entrée en médecine qui doit être voté incessamment au Parlement de la Région Wallonie-Bruxelles, déplaît au Cium (Comité inter-universitaire des étudiants en médecine). " Nous sommes révoltés de constater que nos parlementaires ont finalement cédé sous la pression du Parlement flamand qui pratique l'examen d'entrée depuis 1997. Nos ministres semblent avoir mis de côté les arguments scientifiques prouvant le non-sens d'un examen de ce type. " De son côté, la FEF prépare des actions.

Les étudiants en médecine décrètent un "jour noir"

© BELGA

Et de rappeler pour la énième fois les arguments qui s'opposent au concept de l'examen d'entrée.

Un : il est dans sa forme actuelle une "aberration" puisque appliqué en fonction de quotas inadaptés aux besoins de la population et, rappelle le Cium, "d'ailleurs invalidés par le Conseil d'Etat".

Deux : "La Flandre bénéficie depuis de nombreuses d'un lissage positif (en plus d'une clé de répartition supérieure) au niveau des numéros Inami alors que, de notre côté, les surnuméraires sont prélevés sur les quotas des promotions suivantes (lissage négatif)." Une situation injuste tenant compte des projections de l'étude Deliège 2015. Celle-ci anticipe que d'ici 10 ans, la Flandre aura remplacé 150% des médecins partis à la pension contre seulement 43% des médecins en Wallonie-Bruxelles.

Trois : les élèves de certains collèges et athénées n'ayant pas le niveau en science sont discriminés.

Partager

Dans les années qui viennent, de 1.500 à 3.000 étudiants restent à résorber (lissage négatif).

Quatre : l'examen peut être attaqué juridiquement comme ce fut le cas pour la version flamande de l'examen en 2014.

Cinq : il a été "prouvé" que la réussite des matières prévues par l'examen d'entrée "n'assure en rien la réussite des matières à vocation médicale*."

Enfin, le deal entre Marcrout (examen d'entrée) et De Block (numéros Inami pour tous les étudiants actuellement en cursus de base) n'est pas sûr d'être respecté.

Le CIUM est "déçu que le Parlement de la FWB ait fini par se plier aux conditions de la Flandre alors que la situation au nord du pays est fort différente". Il est "regrettable que les étudiants en médecine payent les pots cassés d'une guéguerre communautaire".

Actions sur le terrain

De son côté, la FEF prépare des actions. "Nous serons une vingtaine, voire une trentaine, et nous assisterons aux débats vêtus d'une blouse blanche et d'un masque. Nous étudierons ensuite la possibilité de mener des actions", précise Maxime Mori, président de la FEF. "Le contingentement se base sur l'offre médicale dans les années à venir, alors qu'il faut prendre en compte les besoins actuels de la population."

La FEF se réjouit par ailleurs de la constitution d'un "front commun", comprenant la Fédération des maisons médicales, Médecins du Monde, la fédération hospitalière Santhea, Solidaris, la FGTB et la CNE, qui a appelé mardi à reconsidérer la politique de planification de l'offre médicale. "Nous proposons également la fixation de zones géographiques qui détermineront la pénurie et les besoins de médecins."

Lissage négatif

Pour Maggie De Block, tous les numéros Inami surnuméraires alloués aux francophones devront être récupérés. C'est le "lissage négatif" tant décrié par le Cium.

La ministre fédérale souhaite en effet que le surplus de médecins francophones formés soit compensé en réduisant le nombre d'étudiants diplômés à l'avenir. C'est le "lissage négatif".

Que l'on tienne compte ou pas des étudiants français (nombreux en Fédération), ce surplus varie, selon certaines estimations, de 1.500 à 3.000 étudiants à résorber sur une période qui reste, elle aussi, à déterminer.

Plus celle-ci sera courte, plus les restrictions d'accès aux études devront être drastiques, ce qui pourrait mener, redoutent d'aucuns, à la fermeture temporaire de certaines facultés de médecine du sud du pays...

Lire aussi : L'examen d'entrée en médecine est un recul inacceptable..

*Reede JY, 1999 ; Veloski JJ, 2000 ; Donnon T, 2007 ; Violato C, 2005 ; Keck JW, 1979 ; Huff KL, 1999.