La distribution inégalitaire du bonus de l'accréditation progresse

03/09/18 à 11:19 - Mise à jour à 13:52

En 2017, les médecins accrédités ont reçu au total une somme de 311,2 millions d'euros. Les dépenses ont crû de 24,3 millions par rapport à l'année précédente, soit de 8,5%. La totalité du système sera réformée courant 2019.

La distribution inégalitaire du bonus de l'accréditation progresse

© BSIP

Le système actuel de l'accréditation est sous la loupe cette année car les différences entre médecins selon leur spécialité sont importantes. Par exemple, un anatomopathologiste ne gagne de par son statut d'accrédité que 2.000 euros tandis qu'un pharmacien-biologiste empoche 31.000 euros. Pour un MG sur base annuelle, il touchera en moyenne 12.000 euros (chiffres 2016).

En 2017, l'accréditation a été encore plus remise en question. Le forfait d'accréditation est resté bloqué au montant de 2014, soit 613,41 euros. L'Inami y consacre 15 millions.

Le montant du forfait se fond dans les 296 millions que tous les médecins accrédités gagnent en supplément via la nomenclature. Souvent, les médecins accrédités peuvent utiliser un autre numéro de nomenclature pour la même prestation comme non-accrédités et reçoivent alors un honoraire plus élevé. Ce système fournit au total 289,5 millions d'euros pour les accrédités. Comme bonus qualité, l'accréditation verse enfin 7 millions.

La différence au niveau de l'honoraire de consultation n'est pas négligeable puisque le bonus d'accréditation pour la consultation d'un généraliste se montait en 2017 à 132,6 millions d'euros et 100,7 millions chez le spécialiste. Auprès des MG, ce montant a progressé de 14,4 millions (+12%) et de 11,5 millions auprès des spécialistes (+13%).

Indexation différente

Au début de 2017, la différence au niveau de la consultation entre accrédités et non-accrédités a encore été renforcée puisque les accrédités ont reçu une indexation de 2% et ceux qui sont seulement agréés, 0,83%. Cette année, rebelote : l'honoraire pour les consultations de MG et de spécialistes accrédités a été indexé de 1,68% tandis que celui des non-accrédités a été gelé à son niveau actuel.

Les spécialités qui n'ont que peu ou pas de consultations comme les anatomo-pathologistes, les urgentistes et les anesthésistes reçoivent peu de ce système d'accréditation par rapport aux spécialités qui reçoivent des patients en consultation. Pour eux, il existe des numéros de nomenclature pour récompenser l'accréditation mais elles bénéficient de corrections insuffisantes.

L'idée est de réformer l'entièreté du système en 2019. Fin septembre, la Commission nationale médico-mutualiste va aire une proposition pour le nouveau système comme le jdm l'a déjà expliqué récemment. Le nouveau concept s'appuiera sur un cycle d'amélioration personnel via un programme ad hoc discuté au sein des Glems ainsi que des indicateurs d'amélioration des pratiques cliniques en collaboration avec les sociétés scientifiques. Tout cela doit figurer dans le nouveau AR 78 de la ministre De Block.