Vincent Claes
Vincent Claes
Rédacteur en chef journal du Médecin
Opinion

25/10/18 à 07:00 - Mise à jour à 13:53

L'union fait le dépistage

Notre quotidien réserve parfois de bonne surprise. Après avoir traversé fort péniblement Bruxelles pour se rendre à une conférence de presse, cela fait plaisir de voir quatre ministres, de trois couleurs politiques différentes (Défi, Open VLD et CD&V), se féliciter sincèrement d'être arrivés à mettre sur pied un projet commun qui devrait permettre aux Bruxellois, francophones et néerlandophones, de profiter d'un meilleur dispositif de dépistage du cancer colorectal.

L'union fait le dépistage

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Les services des quatre ministres en charge de la Santé des Bruxellois ont travaillé ensemble pour trouver des solutions concrètes et entendre les remarques des pharmaciens et généralistes concernés par ce projet. Comme l'a dit Guy Vanhengel: " À Bruxelles lorsqu'il s'agit de la santé, on parvient souvent à se mettre d'accord. La Conférence interministérielle santé est d'ailleurs la CIM qui, à mon avis, fonctionne le mieux. "

Si seulement, la même entente pouvait prévaloir dans tous les dossiers chauds du secteur de la santé. Selon plusieurs sources, la réunion sur les réseaux hospitaliers qui a rassemblé la semaine passée à Namur la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, la ministre wallonne de la Santé, Alda Gréoli, et plusieurs représentants des hôpitaux wallons, a fait chou blanc. Aucune avancée significative n'a été engrangée.

Les réseaux hospitaliers loco-régionaux sont prêts en Flandre. Quasi prêts à Bruxelles. La Wallonie - comprendre la ministre Gréoli - fait de la résistance. En attendant dans les cockpits hospitaliers, on ne sait plus très bien sur quel pied danser. Faut-il aller de l'avant, attendre ou atterrir ?

En savoir plus sur: