Des mesures pour mettre fin aux agressions des médecins

10/03/17 à 12:21 - Mise à jour à 14/03/17 à 16:55

Une délégation de médecins a été reçue au cabinet du ministre de la Justice Koen Geens. Le but? Demander que des mesures soient prises pour mettre fin aux agressions dont ils sont victimes.

Des mesures pour mettre fin aux agressions des médecins

© BELGA

"C'est la première pièce d'un engrenage", ont réagi les médecins après avoir été reçus par le ministre de la Justice Koen Geens vendredi. Ils ont réclamé que des mesures soient prises pour mettre fin aux agressions dont ils sont victimes. Le ministre leur a aussi confirmé qu'un projet de loi serait discuté mardi prochain en commission à la Chambre pour autoriser la levée du secret professionnel dans des circonstances exceptionnelles pour les médecins, les bourgmestres, le personnel de santé et de justice.

"C'est un dossier très important pour nous", a commenté Dirk Scheveneels de l'Association belge des syndicats médicaux (Absym), évoquant l'enquête du journal du Médecin dont il ressort que 86% de ces professionnels de la santé ont été confrontés au moins une fois à une agression verbale par des patients ces dix dernières années. "Les mesures du ministre sont la première pièce d'un engrenage. Mais notre sentiment est que c'est constructif."

M. Scheveneels insiste sur le fait que le secret professionnel reste très important. "Après différents évènements, il est important qu'une discussion soit ouverte sur la portée du dossier pour des individus qui ont réalisé des méfaits sérieux. Si nous entendons parler par exemple de plans terroristes, nous devons pouvoir réagir."

L'Absym a déjà rencontré fin 2016 le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon. Une circulaire avait alors été évoquée pour établir un protocole entre la profession médicale et la police. "Nous attendons avec impatience cette circulaire", a encore souligné M. Scheveneels.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos