Décès du cycliste Goolaerts : davantage d'autopsies nécessaires

10/04/18 à 12:11 - Mise à jour à 12:10

Au lendemain du décès en course du jeune cycliste belge Michael Goolaerts (Véranda's Willems-Crelan), l'Association des médecins sportifs et de contrôle (SKA) plaide pour davantage d'autopsies.

Décès du cycliste Goolaerts : davantage d'autopsies nécessaires

© PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

"Il est important dans tous les cas qu'une autopsie soit pratiquée non seulement après la mort d'un professionnel, mais aussi après chaque arrêt cardiaque et après chaque mort soudaine et inexpliquée dans le sport et chez les jeunes en général, afin d'identifier les causes héréditaires possibles. Cela peut être vital, y compris pour les frères et soeurs des victimes", estime la SKA dans un communiqué de presse transmis lundi.

Le même jour, le procureur de Cambrai a confirmé qu'une autopsie serait pratiquée en France au cours des prochains jours sur la dépouille de Michael Goolaerts. Notre compatriote est décédé dimanche soir à Lille, dans le nord de la France, après avoir été victime d'un arrêt cardiaque pendant Paris-Roubaix. Cette autopsie doit aider à découvrir l'origine du décès de Goolaerts. "Selon les premiers éléments, c'est un malaise, sans doute cardiaque, qui a provoqué la chute, ce n'est pas la chute qui a provoqué son état", a déclaré le parquet.

Le SKA demande également qu'une assistance dans de telles situations soit fournie le plus rapidement possible. "Sur les images de la chute, cependant, vous pouvez voir combien de coureurs et un moto de la télévision sont passés côté de Michael Goolaerts, clairement inanimé. Même quelques spectateurs un peu plus loin n'interviennent pas immédiatement. Participer vous-même à une compétition sportive ou être impliqué en tant que collaborateur, spectateur, journaliste ou à tout autre titre n'est pas toujours une excuse valable pour vous tenir à l'écart. De plus, si un athlète en danger de mort est secouru moins vite que possible, nous croyons qu'il s'agit d'un cas de non-assistance coupable !"

"Dans le cas de Michael, l'assistance médicale a été 'rapidement sur place', mais on ne sait pas exactement combien de secondes ou de minutes se sont écoulées entre la chute et le début de la réanimation. Cependant, ce temps est crucial pour la survie dans de telles situations, quelle que soit la qualité de la réanimation qui suit, sur place ou à l'hôpital. En comparaison, la question de savoir si la course doit être arrêtée ou non n'a que peu d'importance. Ce serait un geste, mais la victime n'en a rien à faire."

.