Bruxelles: la densité de généralistes actifs varie fortement d'une commune à l'autre

26/10/17 à 13:11 - Mise à jour à 15:58

A Bruxelles, certaines communes sont assez bien loties en cabinets médicaux, tandis que d'autres souffrent d'une densité médicale plutôt faible. On passe du simple au double si l'on se réfère aux deux extrêmes de la comparaison; de Koekelberg, la moins bien "fournie" en cabinets, à Woluwé St-Lambert, la mieux lotie. Une information relayée par La Première.

Bruxelles: la densité de généralistes actifs varie fortement d'une commune à l'autre

Brussels, Belgium. Garden at the Art Mountain, down town capital. © © Guido Koppes

La Première radio revenait ce jeudi, dans sa rubrique Vivre ici, sur un élément intéressant concernant la pénurie de généralistes dans certaines communes de Bruxelles. Denise Deliège, du Centre d'information sur les professions médicales et paramédicales (CIPMP-UCL), y rappelait la problématique des densités très inégales de cabinets de MG selon les communes bruxelloises. Ainsi, Koekelberg (6,1 cabinets EP -équivalent personne-, pour 10.000 habitants) et St-Josse (7,2 EP) observent-elles une densité de cabinets près de deux fois inférieure à des communes telles que Woluwé St-Pierre et St-Lambert (15 à 17,5 cabinets en EP pour 10 000 habitants).

Ces chiffres se rapportant à l'année 2015 sont issus de l'étude Consulter un généraliste à Bruxelles devient-il plus difficile?publiée par le CIPMP (Denise Deliège et Etienne De Clerc) en août 2017.

La réponse à la question posée par le titre serait manifestement positive, surtout dans ces communes à faible densité médicale... mais la cause est à chercher du côté de l'augmentation de la densité de population (la population bruxelloise a fortement augmenté: près d'un quart d'habitants en plus en 20 ans, soit entre 1994 et 2015), plutôt qu'à une baisse du nombre de cabinets, notait Denis Deliège sur les ondes de la Première.

Le rapport du CIPMP relève également que la densité de cabinets ne semble pas nécessairement liée à la présence d'un hôpital sur le territoire de la commune, ni aux revenus moyens par habitant. Même si, comme le souligne encore l'étude, on observe toutefois un écart, aux extrêmes, entre communes cossues et bien nanties en cabinets médicaux (Woluwé), et communes moins nanties (St-Josse et Koekelberg).

Planification, quand tu nous tiens !